Language   

La Bague de la Mère Morte

Marco Valdo M.I.
Language: French



Déserteurs, soldats
Même combat !
Il faut rentrer chez soi.
Ah ! Ça ira ! Ça ira ! Ça ira !

Une femme bien aimée, quand on en a,
Nous attend-elle ou ne nous attend-elle pas ?
A-t-elle trouvé un jeune homme avec des bras ?
L’agriculture manque de bras, tout le monde sait ça.

Oui, Monsieur Po, oui, Monsieur Li,
Oui, Monsieur Chi,
Oui, Monsieur Nelle,
Oui, Monsieur Polichinelle.

Pour le revenant, toute la question est là :
Être ou ne pas être
Par le chien, comme Ulysse, peut-être
Reconnu sous son propre toit.

Avant, il y avait Katerina
La puînée, tant aimée, de Matthias le soldat
À présent, elle n'est plus là, la bonne Katerina
Veuve et morte, la sœur d'Arlecchino le déserteur

Oui, Monsieur Po, oui, Monsieur Li,
Oui, Monsieur Chi,
Oui, Monsieur Nelle,
Oui, Monsieur Polichinelle.

Il reste Lukásěk, mon frère,
Mon petit frère bien-aimé, Lukas
Il a grandi avec Katerina et moi
On en était si fiers

Être ou ne pas être ?
Comme je n'étais pas là
Qui sait ? Mort peut-être
À force d'être soldat.

Oui, Monsieur Po, oui, Monsieur Li,
Oui, Monsieur Chi,
Oui, Monsieur Nelle,
Oui, Monsieur Polichinelle.

Lukas, lui, n'était plus seul sous notre toit.
Il y avait Barbora et sa mère opulente :
Des seins comme des balles ballantes,
Un fessier marchant comme deux oies.

Puissante, avide, conquérante,
Elle avait tout pris : les vaches, leurs pis,
La ferme, la terre et l'homme dans le lit
Et la bague de la mère morte de la fièvre ardente.

Oui, Monsieur Po, oui, Monsieur Li,
Oui, Monsieur Chi,
Oui, Monsieur Nelle,
Oui, Monsieur Polichinelle.


Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org