Language   

Les p'tits chats

Gaston Couté
Language: French


Related Songs

Riccardo Venturi: Per Gian Piero Testa / Για τον Τζαν Πιέρο Τέστα
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)
Mon seul métier d'Hoëdic
(Gérard Pierron)
Dopo la pioggia
(Gang)


Poesia di Gaston Couté, interpretata in canzone da Jacques Lambour, Gérard Pierron e Bernard Meulien (1976), Vania Adrien Sens (1976), Claude Féron (1998), Christian Deschamps (2003).
Testo trovato su Gaston Couté (1880-1911) le gâs qu'a mal tourné...

Gérard Pierron e Bernard Meulien, “La chanson d'un gas qu'a mal tourné

La miseria e le sue vittime, le donne e i piccoli, bimbi o gattini che siano… E, insieme, un’altra miseria, quella dell’ipocrisia anti-abortista.
Alla faccia di tutti quelli che “si stava meglio quando si stava peggio”… Qualche anno fa un vecchio del mio paese mi raccontava di come, quando lui era giovane, fosse frequente che certi neonati sparissero… Si trattava soprattutto di femmine e di bambini nati fuori dal matrimonio, spesso da stupri consumati dietro le quiete mura domestiche… Alle madri veniva detto che il bimbo non era sopravvissuto al parto ma tutte sapevano che aveva fatto la fine dei gattini…
Hier, la chatt' gris' dans un p'quit coin
D' nout' guernier, su' eun' botte de foin,
Alle avait am'né troués p'quits chats ;
Coumm' j'pouvais pas nourri' tout ça,
J' les ai pris d'eun' pougné' tertous
En leu-z-y attachant eun' grouss' piarre au cou.

Pis j' m'ai mis en rout' pour l'étang ;
Eun' foués là, j' les ai foutus d'dans ;
Ça a fait : ppllouff!... L'ieau a grouillé,
Et pis pus ren !... Ils 'tin néyés...
Et j'sé r'parti, chantant coumm' ça :
"C'est la pauv' chatt' gris' qu'a pardu ses chats. "

En m'en allant, j'ai rencontré
Eun' fill' qu'était en train d' pleurer,
Tout' peineuse et toute en haillons,
Et qui portait deux baluchons.
L'un en main ! c'était queuqu's habits ;
L'autr', c'était son vent'e oùsqu'était son p'quit !

Et j'y ai dit : "Fill', c'est pas tout ça ;
Quand t'auras ton drôl' su' les bras,
Coumment don' qu'tu f'ras pour l'él'ver,
Toué qu'as seul'ment pas d' quoué bouffer?
Et, quand mêm' que tu l'élév'rais,
En t' saignant des quat' vein's... et pis après ?

Enfant d' peineuse, i' s'rait peineux ;
Et quoiqu'i fasse i' s'rait des ceux
Qui sont contribuab's et soldats...
Et, - par la tête ou par les bras
ou par... n'importe ben par où ! -
I' s'rait eun outil des ceux qu'a des sous.

Et p't-êt qu'un jour, lassé d' subi'
La vie et ses tristes fourbis,
I' s'en irait se j'ter à l'ieau
Ou s'foutrait eun' balle dans la pieau,
Ou dans un bois i' s'accroch'trait
Ou dans un "cintiéme" i' s'asphysquerait.

Pisqu' tu peux l'empêcher d' souffri,
Ton pequiot qu'est tout prêt à v'ni,
Fill', pourquoué don' qu' tu n' le f'rais pas ?
Tu voués : l'étang est à deux pas.
Eh ! bien, sitout qu' ton p'quiot vienra,
Pauv' fill', envoueill'-le r'trouver mes p'tits chats !... "

Note da Gaston Couté (1880-1911) le gâs qu'a mal tourné...

cintiéme = appartement au cinquième étage
eun = un, une
guernier = grenier
néyés = noyés
oùsqu = où
pougné = poignée
p'quit = petit
sé = suis
troués = trois
tertous = tous

Contributed by Bernart Bartleby - 2015/6/8 - 12:55



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org