Language   

Le Twist Du Déserteur

Jean Arnulf
Language: French

List of versions


Related Songs

La Ballade des Déserteurs
(Corrigan Fest)
Oscar, Oscar ou La Danse du Tambour
(Marco Valdo M.I.)
Chante une femme
(Jean Arnulf)


Le Twist Du Déserteur

Chanson française – Le Twist du Déserteur – Jean Arnulf – 1963
Paroles Rezvani – Cyrus Bassiak

Twist du déserteur  (déserteur allemand (1945) pendu par les SS et dépendu par des soldats alliés)
Twist du déserteur (déserteur allemand (1945) pendu par les SS et dépendu par des soldats alliés)


Mon cher ami Lucien l'âne, voici une chanson de déserteur, une de plus dans les Chansons contre la Guerre, où elle va rejoindre Le Déserteur de Boris Vian et des tas d'autres, y compris Joseph Porcu. Comme tu le vois dans son titre, c'est une chanson d'époque : c'est un twist. Si tu te souviens et peut-être serais-tu le seul âne à l'avoir pratiqué, le twist était une sorte de déhanchement assez douloureux auquel les danseuses et les danseurs s'astreignaient pendant qu'un chanteur (une chanteuse ou plusieurs) essayaient de se faire entendre par delà les instrumentistes eux-mêmes bien décidés à se faire entendre. Et très audacieusement, ce twist est intitulé : Le Twist du Déserteur. Très audacieux, car à l'époque, ça rigolait pas avec le service militaire. J'en tiens pour exemple, Bon pour le service , ce petit film – une merveille (interdit à l'époque) qui parle de twist et de service militaire.

Certes, je me souviens, mais je n'ai au grand jamais pratiqué pareille chose… À mon âge, t'imagines. Donc, un twist anti-militariste… Ce devait être une marchandise assez rare… Le twist n'était pas, du moins pour ce que je m'en souviens, parmi les genres musicaux préférés des chanteurs militants…

C'est exact. Mais quand même Jean Ferrat, qui ne l'a d'ailleurs jamais fait, se proposait, par dérision ou comme exploit de twister dans une, par ailleurs, très belle chanson : Nuit et Brouillard. Mais ce n'était plus de son âge… et puis, comme tu le verras, Jean Arnulf l'avait déjà fait. Et Jean Arnulf n'y va pas de main morte… Tout-à-fait dans la foulée du Déserteur de Boris Vian. Je dirais en plus chargé d'acide sarcastique. L'acide sarcastique se fait en broyant des roches sarcastiques que l'on va chercher dans les profondeurs du sol que l'on mélange de sels de poésie et de cadences catasoniques. Enfin, tu verras à l'usage, c'est pas mal.

Voilà qui est bien et qui m'intrigue, dit Lucien l'âne l'oeil illuminé de saine rigolade. Mais encore…

Mais encore, justement. Venons-y. C'est là que je t'attendais, car tu vas rire plus encore. Il s'agit du dernier couplet, qui est extrait d'un chant ancien repris au répertoire militaire. Pour te dire, ma grand-mère, celle qui a fait la guerre de 14-18 à l'hôpital du côté de Reims, le fredonnait souvent, comme une rengaine ironique. Ce couplet est en fait une partie du refrain du Tambour Miniature, sorte de Blechtrommel avant la lettre. Et comme je te l'ai dit, pour te faire bien rire, car elle est drôle et à mon sens assez peu enthousiaste des exploits militaires. Enfin, tu jugeras. Pour un peu, moi, je la mettrais comme chanson contre la guerre, s'il n'y avait ses interprètes : chorale et musique militaire. Et maintenant, pour toi, en direct, cet étonnant morceau de l'art lyrique militaire :

Le Tambour miniature

Chanson française – anonyme – avant 1900.
Interprète : Troupes de Marine

Je suis un tambour miniature
Marquez le pas
On m'admire pour ma belle stature
Par le flanc droit
J'ai fait trois fois le tour du monde
Au garde à vous
J'ai courtisé des brunes et des blondes
Serrez les rangs
Et de moi l'on dira toujours
Au garde à vous
Qu' j'étais foutu pour la guerre et l'amour
Tireur debout

J'ai perdu mes jambes à Gravelotte
J'ai perdu mes deux bras à Valmy
Au Tonkin, j'ai perdu ma culotte
Et le reste, dans le faubourg Saint-Denis
Chez la mère cass'bite
Ah! il fallait pas, il fallait pas qu'il y aille
Ah! il fallait pas, il fallait pas y aller
Mais il a fallu, il a fallu qu'il y aille
Mais il a fallu, il a fallu y aller

Quand je rencontre une belle petite
Marquez le pas
A monter chez moi je l'invite
Par le flanc droit
Comme un soldat je la commande
Au garde à vous
Et si parfois, la belle en redemande
Serrez les rangs
J' lui dis que je n' suis pas toujours
Au garde à vous
Des mieux foutus, pour la guerre et l'amour
Tireur debout

J'ai perdu mes jambes à Gravelotte
J'ai perdu mes deux bras à Valmy
Au Tonkin, j'ai perdu ma culotte
Et le reste, dans le faubourg Saint-Denis
Chez la mère cass'bite
Ah! il fallait pas, il fallait pas qu'il y aille
Ah! il fallait pas, il fallait pas y aller
Mais il a fallu, il a fallu qu'il y aille
Mais il a fallu, il a fallu y aller

Ma femme accouche toutes les trois semaines
Marquez le pas
Faut voir comment le gosse s'amène
Par le flanc droit
J'entends la voix de la sage femme
Qui dit tout bas
Allez-y donc, allez-y ma p'tite dame
Serrez les flancs
C'est un p'tit gars beau comme le jour
Au garde à vous
Des mieux foutus, pour la guerre et l'amour
Tireur debout

J'ai perdu mes jambes à Gravelotte
J'ai perdu mes deux bras à Valmy
Au Tonkin, j'ai perdu ma culotte
Et le reste, dans le faubourg Saint-Denis
Chez la mère cass'bite
Ah! il fallait pas, il fallait pas qu'il y aille
Ah! il fallait pas, il fallait pas y aller
Mais il a fallu, il a fallu qu'il y aille
Mais il a fallu, il a fallu y aller


Bien, bien. Repos, messieurs les chanteurs ! Nous, nous reprenons notre tâche et nous tissons le linceul de ce vieux monde où l'on se tue gaillardement, on se décapite régulièrement, on se brûle spectaculairement, bref, on s'assassine inconsidérément et vieux monde néanmoins cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.
Du plomb dans la cervelle des autres,
Les morts qu'on compte à coups de civières,
Celui qui fait le bon apôtre,
L'autre qu'est content de sa lumière.
Les morts s'entassent sur leurs grands-pères,
Demain, nous serons des violettes,
Les affaires deviendront prospères,
On continuera les courbettes.

Yeah yeah, c'est la vie

Du plomb fondu à l'illusion
Dans des moules qu'on s'est offerts,
Ça ressortira en canon,
Mais c'est pas pour demain, la guerre.
Une guerre, ça se déclenche pas comme ça
Faudrait d'abord qu'on soit d'accord
C'est pas l'intérêt d'un État
De marchander avec des morts.

Yeah yeah, c'est la vie

Un petit peu de plomb dans ta cervelle
Tu comprendras que t'avais qu'à dire
T'étais pas fait pour la chapelle
Et t'aimais pas les gueules de cire
Maintenant, mon vieux, c'est trop tard
Tu ne peux plus parler, c'est fatal
Tu n'es plus qu'un pauvre soudard
Qui a tourné bien, bien, bien mal

Yeah yeah, c'est la mort

Ah, y fallait pas
Y fallait pas qu'y aille !
Ah, y fallait pas
Y fallait pas y aller !

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2015/2/7 - 20:47


Pour voir " Bon pour le service , ce petit film – une merveille (interdit à l'époque) qui parle de twist et de service militaire.", une seule adresse :

http://www.dailymotion.com/video/xyl50...


Et à mon sens, il faut absolument le voir...Cordial

Lucien Lane

Lucien Lane - 2015/2/7 - 21:06



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org