Language   

Weihnachtslied, chemisch gereinigt

Erich Kästner
Language: German

List of versions


Related Songs

Einkäufe
(Kurt Tucholsky)
Sergeant Waurich
(Erich Kästner)
Chor der Kriegerwaisen
(Mascha Kaléko)


Weihnachtslied, chemisch gereinigt

Sapin


Erich Kästner - 1928
Weihnachtslied, chemisch gereinigt
( Nach der Melodie: „Morgen, Kinder, wird’s was geben!“ )
Morgen, Kinder, wird's nichts geben!
Nur wer hat, kriegt noch geschenkt.
Mutter schenkte euch das Leben.
Das genügt, wenn man's bedenkt.
Einmal kommt auch eure Zeit.
Morgen ist's noch nicht soweit.

Doch ihr dürft nicht traurig werden.
Reiche haben Armut gern.
Gänsebraten macht Beschwerden.
Puppen sind nicht mehr modern.
Morgen kommt der Weihnachtsmann.
Allerdings nur nebenan.

Lauft ein bisschen durch die Straßen!
Dort gibt's Weihnachtsfest genug.
Christentum, vom Turm geblasen,
macht die kleinsten Kinder klug.
Kopf gut schütteln vor Gebrauch!
Ohne Christbaum geht es auch.

Tannengrün mit Osrambirnen -
lernt drauf pfeifen! Werdet stolz!
Reißt die Bretter von den Stirnen,
denn im Ofen fehlt's an Holz!
Stille Nacht und heil'ge Nacht -
weint, wenn's geht, nicht! Sondern lacht!

Morgen, Kinder, wird's nichts geben!
Wer nichts kriegt, der kriegt Geduld!
Morgen, Kinder, lernt fürs Leben!
Gott ist nicht allein dran schuld.
Gottes Güte reicht so weit ...
Ach, du liebe Weihnachtszeit!

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2014/12/10 - 21:26



Language: French

Version française – CHANT DE NOËL, CHIMIQUEMENT NETTOYÉ – Marco Valdo M.I. – 2014
Chanson allemande – Weihnachtslied, chemisch gereinigt – Erich Kästner – 1928

La canzone de Kästner est un antichant de Noël, parodie du «  chant de Noël pour enfants » traditionnel «  Morgen, Kinder, wird’s was geben! »(« Demain, enfant, on donne quelque chose ! ») ; Kästner dit : « Morgen, Kinder, wird's nichts geben! » (« Demain, enfant, on ne donne rien ! ») . Le texte de « Weihnachtslied für Kinder » est de Philipp von Bartsch (1795)  et la mélodie de Gottlieb Hering (1809). Le premier vers de ce chant classique, que connaissent tous les enfants à qui on le serine, dit textuellement : « Morgen, Kinder, wird’s was geben! » - « Demain, enfant, on donne quelque chose ». Bref, c'est le jour des cadeaux au pied du sapin vert… Sur le souvenir de quoi se construit une vision nostalgique de cette fête ; nostalgie qui crée cette ambiance sirupeuse qui caractérise cette période de décembre. Au fait, tout va bien (du moins sur le moment…) quand on peut le faire, quand on peut jouer à faire des cadeaux aux enfants.

Pourquoi cette restriction, demande Lucien l'âne un peu estomaqué. Pourquoi ce « du moins sur le moment » ?

Tout simplement ceci, qu'on ne mesure pas les ravages que peut créer pareille coutume à terme dans une population très largement infantile ; il suffit de songer au formidable hochet que constitue le cadeau : cadeaux d'affaires, cadeaux fiscaux, corruption, goût des jouets – type grosse bagnole, gadget dernier cri, mode… Transformation de la femme (ou de l'homme) en jouet érotique, réification du monde et mercantilisation … C'est Noël tous les jours pour certains… ou à tout le moins, le désir… La glorification de la société capricieuse.

Je vois, dit Lucien l'âne en hochant la tête. Mais quand même, pourquoi Erich Kästner a-t-il écrit un tel « Noël chimiquement nettoyé »…

Ça tient à son histoire personnelle. Vois-tu, Lucien l'âne mon ami, dans son enfance et toute sa jeunesse, Erich Kästner a vu trimer sa mère… Ida Amalia Kästner, sa mère, travaillait pour son fils les nuits entières. Le jeune Erich sut très tôt, qu'il n'a eu une enfance et une jeunesse (des études...) que grâce à la quantité de travail inhumaine que sa mère s'imposait pour lui. La reconnaissance pour sa mère le marquera pour sa vie entière. Alors, il va présenter aux (autres) enfants la vérité sur Noël et pour cela, il va « nettoyer chimiquement » le chant traditionnel et en faire une parodie décapante et instructive. Un chant de lumière, une chanson de lucidité.
Aux enfants de pauvres, aux enfants de chômeurs, de mutilés de guerre, de sans-logis, d'ouvriers et d'employés sous-payés, il adresse ce chant qui commence par : « Demain, les enfants, vous n'aurez rien ! ». Il s'agit de briser l'illusion, le tour de passe-passe social. C'est Noël au cœur de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres, y compris aux enfants de pauvres.

Oui, mais je me demande, dit Lucien l'âne en dressant ses oreilles en points d'interrogation et sa queue en point d'exclamation… Je me demande si une telle chanson a des chances d'être entendue...

Oh, Lucien l'âne mon ami, tu poses là une question fort pertinente et qui concerne toutes les chansons du monde. Mais pour celle-ci, j'ai une réponse très étonnante et encourageante. Je te cite une maman allemande de nos jours parlant de Noël et de la chanson de Kästner :

« Nous n'avons pas d'argent pour cela, vous le savez bien quand même !  », je devais dire au moins une fois cette phrase CHAQUE JOUR à mes trois enfants. (Et encore pour moi c'est comme une pointe dans le coeur : Je pourrais hurler de désespoir - laisser course libre à mes larmes, quand il n'y a personne !)
Au début, mes enfants me demandaient toujours à nouveau : « Pourquoi pas ? »
L'année dernière, à Noël, Erich Kästner a donné à mes enfants la réponse à leur question.
Mes enfants sont depuis lors devenu calmes - - - peut-être : réveillés.
La plus jeune a 10 ans. Mais je crois, elle a compris. »

En effet, c'est une réponse à ma question et elle me fait augurer que d’autres chansons ne sont pas si insignifiantes qu'on pourrait le penser. Du moins quand elles disent quelque chose et à ce propos, Marco Valdo M.I. mon ami, que raconte ce CHANT DE NOËL, CHIMIQUEMENT NETTOYÉ ?

En somme, dit la chanson, Noël, c'est pour les riches ! Vous les pauvres, les enfants pauvres, vous pouvez regarder, mais pas toucher. Bien sûr qu'il y a des cadeaux et en masse, vous pouvez les voir dans les vitrines, et ces cadeaux, ces jouets, ces friandises, ces jolies choses – comme dans la vie des adultes – iront dans les maisons de ceux qui en ont les moyens, dans les maisons des possédants. Ceux qui n'ont rien au départ, n'auront rien à l'arrivée de Noël, comme dans la vie de tous les jours. Ils pourront toujours aller dans les rues écouter sonner les cloches…

Et, ajoute Lucien l'âne en râpant le sol d'un de ses petits sabots noirs, sans qu'on sache exactement lequel, je pense qu'Erich Kästner a raison de démystifier la Sainte Nuit, ce grand office de la réconciliation sociale, « Paix sur la Terre, etc. », « Mes bien chers frères et autres fadaises…. ». C'est véritablement un attrape-chrétiens...

Et chaque année, ça recommence… et c'est efficace. On est en présence d'une véritable escroquerie. Car, Noël est une fête païenne, athée, laïque... qui a été en quelque sorte volée, détournée... Car, Noël veut tout simplement dire nouveau et nouveau quoi ? Eh bien, nouvel an, pardi ! Et pourquoi ou comment en est-on venu à cette fête de l'an nouveau ; car c'est le solstice d'hiver… Et cette fête du solstice d'hiver, ce sapin vert qui fêtaient le tournant de l'année et le moment où les jours vont s'allonger, le moment où le temps bascule, où l'on peut à nouveau voir venir (lentement, mais sûrement) le printemps, ont été littéralement volés par le christianisme aux fins de propagande… Pareil pour la crèche et son nouveau-né, lequel n'est à nouveau rien d'autre que l'an nouveau, que l'enfant de la Terre et du Soleil qui va grandir dans sa lumière, n'est autre que le jour qui va croître jusqu'au solstice d'été. Et là vraiment, on comprend le sens de la fête… C'est celui du temps sans cesse recommencé, c'est le rythme de la vie qui bat… comme un gigantesque cœur.

Ainsi donc, moi, Lucien l'âne, je trouve ce Noël social d'Erich Kästner tout à fait à mon goût. Il me rappelle un autre chant qui revendiquait Noël comme fête du solstice, comme grande fête athée. Il me souvient aussi que tu en étais l'auteur… Oui, Noël est à nous ! et raison de plus pour reprendre notre tâche et tisser le suaire de ce vieux monde déiste, religieux, escroc, menteur et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
CHANT DE NOËL, CHIMIQUEMENT NETTOYÉ

Demain, les enfants, on ne donnera rien !
Seul celui qui a déjà, recevra un cadeau demain.
Votre mère vous a offert la vie.
Quand on y pense, ça suffit.
Votre temps aussi viendra.
Demain n'est pas encore là.

Mais il ne faut pas être triste.
Les riches aiment les pauvres.
L'oie rôtie se lamente.
Les poupées, ce n'est pas moderne.
Le Père Noël vient demain.
Mais seulement chez les voisins.

Allez donc dans les rues !
Là, on célèbre Noël.
Le christianisme, du haut de la tour sonnant
Rend les petits enfants intelligents.
Bien secouer la tête avant l'usage !
Ça marche aussi sans arbre de Noël.

Lampes Osram - Sapin Vert
Apprends à siffler ! Sois fier !
Arrache les planches,
Car dans le fourneau le bois manque !
Douce nuit et sainte nuit -
Ne pleure pas, si elle s'en va ! Au contraire : ris !

Demain, les enfants, il n'y aura rien !
Sauf de la patience pour qui n'a rien !
Demain, vous comprendrez Noël !
Dieu n'est pas seul coupable.
La bonté de Dieu est si grande…
Ah, le bon temps de Noël !

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2014/12/10 - 21:39



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org