Language   

Ballade vom gut Kirschenessen

Wolf Biermann
Language: German

List of versions



[dicembre 1989]
Parole e musica di Wolf Biermann.
Nel disco intitolato “Gut Kirschenessen (DDR - Ça Ira !)”.

Gut Kirschenessen (DDR - Ça Ira !)

Era da poco caduto il Muro e nel febbraio del 1990, in un concerto ad Altona, Amburgo (la città del martire antifascista Bruno Tesch e di tanti altri che con lui furono uccisi dai nazisti nell’estate del 1932), Wolf Biermann cantò, fra le altre, questa bellissima ballata dedicata ad un suo amico, anche lui un martire del totalitarismo: Robert Havemann.



Robert Havemann (1910-1982) era un chimico. All’avvento del nazismo era già ricercatore universitario presso il Kaiser Wilhelm Institute. Peccato che Robert Havemann fosse comunista, e non solo: divenne presto un membro attivo della Widerstand, la resistenza tedesca. Arrestato dalla Gestapo nel 1943, fu condannato a morte ma l’esecuzione della sentenza venne continuamente posposto, grazie all’intercessione di alcuni suoi ex colleghi che fecero credere ai nazisti che le ricerche del chimico comunista fossero fondamentali in campo bellico.
Così, passa un mese passa l’altro, le truppe sovietiche arrivarono anche alla Brandenburg-Görden Prison dove Robert Havemann era rinchiuso, ancora vivo...
Dopo la guerra Robert Havemann divenne direttore del Kaiser Wilhelm Institute a Berlino ovest ma molto presto entrò in rotta di collisione con le autorità americane che esercitavano forti pressioni sui programmi del centro.

1950. Berlino ovest. Robert Havemann viene arrestato per aver partecipato ad una manifestazione contro la bomba atomica.
1950. Berlino ovest. Robert Havemann viene arrestato per aver partecipato ad una manifestazione contro la bomba atomica.


Lo licenziarono nel 1950. Così Robert Havemann passò all’Università Humboldt a Berlino est, vincendo importanti premi per le sue ricerche e divenendo pure parlamentare.
Ma nel 1963 l’apparente idillio con le autorità comuniste s’infranse: Robert Havemann presentò uno studio intitolato “Dialettica senza dogmatismo: le scienze naturali contro il comunismo”... Non credo che i grossi “papaveri rossi” di allora si presero nemmeno la briga di leggerlo... Il professor Havemann fu istantaneamente espulso dal Partito e dall’Università e di fatto da quel momento fu posto agli arresti domiciliari nel villaggio di Grünheide, Brandenburgo, dove si spense nel 1982 dopo una lunga e dolorosa battaglia contro un cancro ai polmoni.



Nel 1989 Robert Havemann fu “perdonato” e “riabilitato” dal Sozialistische Einheitspartei Deutschlands...
Dal 2005 il nome di Robert Havemann è presente nello Yad Vashem di Gerusalemme come “Giusto delle Nazioni”.
Ich hatte im Halbschlaf heute früh
Einen irren schönen Traum
Mein alter Freund, als ob er lebt
Saß oben im Kirschenbaum
Im Garten Grünheide am Möllensee
Saß Robert Havemann
Saß fröhlich auf dem Ast und rief:
Komm, Dichter!
Komm, Dichter!
Komm, Dichter!
Komm, Dichter!
Komm dichter an mich ran.

Er warf mir paar Kirschen runter ins Gras
Und spuckte die Kerne aus
Und lachte mich an: Willkommen, Wolf
Jetzt biste wieder zu Haus
Du kommst nicht als verlorener Sohn
Nicht folgsam geworden und brav
Und kommst nicht wie'n geprügelter Hund
Und auch nicht
Und auch nicht
Und auch nicht
Und auch nicht
als schwarzes Schaf.

Wolf, hol dein Wimmerholz raus! und sing
Vom irdischen Paradies
Ja, sing mir die Hölle auf Erden, ach
Und sing mir Le Temps des Cerises
Da packte ich meine Gitarre aus
Das Lied der Commune de Paris
Ich spielte deutsch und auch français
So süßsauerseelig
So süßsauerseelig
ich trällerte froh wie nie.

Ich sang ihm paar alte, paar neue auch
Und sang ihm die schönsten Lieder
Da wurde der Himmel plötzlich schwarz
Von tausendfachem Gefieder
Ein Schwarm flog in die kalte Nacht
Und krächzte im Nieselregen
(Vornweg das ganze Politbüro):
“Dem A – bend – rot –
Dem A – bend – rot –
Dem A – bend – rot – ent – gegen”

Gen Osten gegen den Wind anschrien
Im Flug die verzauberten Raben
Jetzt weiß ich: Sie haben uns alles verziehn
Was sie uns angetan haben
Ich hatte im Halbschlaf heute früh
Den irrsten und schönsten Traum
Und Robert lachte, als ob er lebt
Da oben, da oben
Da oben, da oben
Da oben, da oben
Da oben, da oben
im Kirschenbaum.

Contributed by Bernart Bartleby - 2014/5/19 - 21:51




Language: Italian

Traduzione italiana da “Canzone privata, canzone politica. Musica, poesia e rivolta”, di Wolf Biermann, traduzione e cura di Alberto Noceti, Donzelli editore, 1996.
BALLATA DELLE BUONE CILIEGIE

Nel dormiveglia stamani ho fatto
Un sogno strano e bellissimo
Il mio vecchio amico, come fosse vivo
Sedeva lassù sul ciliegio
Nel giardino di Grünheide sul Möllensee
Sedeva Robert Havemann
Sedeva felice sul ramo e mi chiamava:
“Vieni poeta!
Vieni più vicino!”

Mi butta giù due ciliegie nell’erba
E sputa i noccioli
E mi guarda ridendo: “Benvenuto, Wolf
Sei di nuovo a casa adesso
Non torni come figliol prodigo
Non sei diventato docile e obbediente
E non torni come un cane bastonato
E neppure
Come pecora nera”

“Wolf, tira fuori lo strumento e canta
Il paradiso sulla terra
Sì, cantami l’inferno terreno
E cantami Le temps des cerises
Riprendo la chitarra
La canzone de La Commune di Parigi
Suono in tedesco e en français
Con tono un po' agrodolce
Canticchio felice come non mai.

Canto qualche vecchia canzone e alcune nuove
Gli canto le più belle
Poi il cielo si rabbuia all’improvviso
Di mille piumaggi diversi
Vola uno stormo nella notte fredda
E gracchia nella pioggerellina
(In testa il Politburo al gran completo)
“In - con - tro - al rosso
tra - monto...”


Verso est gridavano controvento
I corvi magici in volo
Adesso lo so: ci hanno perdonato tutto
Ciò che ci hanno fatto
Nel dormiveglia stamani ho fatto
Un sogno stranissimo e meraviglioso
E Robert rideva, come fosse vivo
Lassù, lassù
Nel ciliegio.

Contributed by Bernart Bartleby - 2014/5/19 - 21:52




Language: French

Version française – BALLADE DES BONNES CERISES – Marco Valdo M.I. – 2020
Chanson allemande – Ballade vom gut Kirschenessen – Wolf Biermann – 1989-90

Le Mur était tombé depuis peu et en février 1990, lors d’un concert à Altona, Hambourg (la ville du martyr antifasciste Bruno Tesch et des nombreux autres qui ont été tués par les nazis durant l’été 1932), Wolf Biermann chanta, entre autres, cette belle ballade dédiée à un de ses amis, également martyr du totalitarisme : Robert Havemann.
Robert Havemann (1910-1982) était chimiste. À l’avènement du nazisme, il était déjà chercheur universitaire à l’Institut Kaiser Wilhelm. Pas de chance, Robert Havemann était communiste, et pas seulement cela ; il devint rapidement un membre actif de la Widerstand, la résistance allemande. Arrêté par la Gestapo en 1943, il fut condamné à mort, mais l’exécution de la sentence fut continuellement reportée, grâce à l’intercession de certains de ses anciens collègues qui firent croire aux nazis que les recherches du chimiste communiste étaient essentielles dans le domaine de la guerre.
Ainsi de suite et après des mois, les troupes soviétiques arrivèrent également à la prison de Brandebourg-Görden où Robert Havemann était enfermé, toujours vivant…
Après la guerre, Robert Havemann devient directeur de l’Institut Kaiser Wilhelm à Berlin-Ouest, mais très vite, il se retrouva en conflit avec les autorités américaines qui exerçaient une forte pression sur les programmes du centre.
Ils le licencièrent en 1950. Robert Havemann passa à l’université Humboldt de Berlin-Est, remportant des prix importants pour ses recherches et devenant membre du Parlement.
Mais en 1963, l’idylle apparente avec les autorités communistes s’effrange : Robert Havemann présente une étude intitulée « Dialectique sans dogmatisme : les sciences naturelles contre le communisme ». Je ne pense pas que les gros « coquelicots rouges » de l’époque se soient donné la peine de le lire. Le professeur Havemann a été instantanément expulsé du Parti et de l’Université et, en fait, à partir de ce moment, il a été placé en résidence surveillée dans le village de Grünheide, dans le Brandebourg, où il est mort en 1982 après une longue et douloureuse bataille contre le cancer du poumon.
En 1989, Robert Havemann a été « gracié » et « réhabilité »” par le Sozialistische Einheitspartei Deutschlands.
Depuis 2005, Robert Havemann est à Yad Vashem à Jérusalem en tant que « Juste des Nations ».

Dialogue maïeutique

Le Politburo en route vers l’avenir<br />
LA PARABOLE DES AVEUGLES<br />
Pieter Brueghel - 1568
Le Politburo en route vers l’avenir
LA PARABOLE DES AVEUGLES
Pieter Brueghel - 1568


À mon avis, Lucien l’âne mon ami, Wolf Biermann, l’auteur et l’interprète de cette Ballade des bonnes cerises (Ballade vom gut Kirschenessen) – titre qu’il eût fallu traduire par Ballade du bon mangeur de cerises, mais comme on sait, je ne traduis pas –, outre que d’être un familier de François Villon, auquel il dédia sa Ballade du Poète François Villon – Ballade auf den Dichter François Villon, est aussi sans doute assez familier d’Arthur Rimbaud et particulièrement de ce qui concerne la guerre de 1870.

Ah bon !, dit Lucien l’âne, et qu’est-ce qui te fait dire ça ?

Les Corbeaux, mon ami Lucien l’âne, les corbeaux, ne t’en déplaise, les corbeaux, funèbres oiseaux noirs. Je suis aussi sensible au ton de la chanson, à l’allusion à la Commune, à cette manière si particulière qui est celle des poètes. Des poètes, justement ! Dans cette chanson, Wolf Biermann se décrit, se dénomme, se plante dans le décor, se met en scène, s’engage, tout ce qu’on voudra, comme poète. Mais ce n’est là qu’un aspect de la chanson.

Ah oui ?, dit Lucien l’âne. Je l’imaginais bien, vu que le titre parlait de cerises. Et d’abord, quand même, qui est ce mangeur de bonnes cerises ou est-ce un bon mangeur de cerises ? Je ne sais trop ; les deux peut-être.

Eh bien, répond Marco Valdo M.I., c’est comme qui dirait le héros auquel est dédié la ballade – Robert Havemann. Un héros, véritablement particulier, une sorte d’anti-héros – tous régimes confondus ; toujours en rupture avec l’establishment ; comme Wolf Biermann lui-même, comme le fut, par exemple, Carlo Levi sous le fascisme.

Oh, dit Lucien l’âne, dissidence et résistance sont souvent une seule et même chose et l’une comme l’autre sont difficilement solubles dans la normalité du pouvoir.

Et puis, dit Marco Valdo M.I., donc, ces deux dissidents, tous deux déjà ostracisés dans leur propre pays, se retrouvent dans le jardin, au mois de juin 1989 ou celui de l’année suivante – c’est Le temps des cerises, c’est le moment d’aller siffler – merle moqueur – entre les branches. Il y a une pie dans le cerisier, j’entends la pie qui chante, il y a une fille dans le cerisier, j’entends la fille chanter. C’est donc un moment symbolique que ce temps des cerises et Wolf Biermann trace un tableau philosophico-poétique de ces retrouvailles de deux amis.

Il y a, énonce Lucien l’âne, du Diogène dans ce réfugié politique perché – comme un baron d’Italo Calvino – dans ses branches. Et puis, cette fille (de ton invention) dans le cerisier me fait penser à la demoiselle sur une balançoire, dont « on pouvait voir ses jambes blanches sous son jupon noir ».

Pour en finir quand même, dit Marco Valdo M.I., sinon il n’y aura plus assez de temps pour la chanson, je voudrais attirer l’attention sur la confrontation avec les corbeaux et aussi à ce crépuscule du rouge qu’ils annoncent :

« Soudain, le ciel devint noir
De milliers de funèbres oiseaux noirs ;
La nuée s’envola dans la nuit éternelle
Et dans la bruine, croassa toujours plus haut.
(Devant tout le Politburo) :
« Au rouge crépuscule –
Au rouge crépuscule,
Au moment du rouge crépuscule. »


Oui, dit Lucien l’âne, j’y prendrai garde. Cela dit, tissons le linceul de ce vieux monde aux couleurs changeantes, aux irisations multiples, chatoyant, parsemé de fleurs, de fruits, de feuilles et de branches et pourtant, cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
BALLADE DES BONNES CERISES

Encore à moitié endormi ce matin,
J’ai fait un beau rêve enfantin.
Vivant, Robert, mon vieil ami,
Au milieu des cerises était assis ;
À Grünheide sur Möllensee dans le jardin,
Robert Havemann était assis ;
Assis sur une branche, joyeux, il cria :
Viens, poète vers moi !
Viens, poète !
Viens, poète !
Viens, poète !
Poète, approche-toi de moi.

Il me jetait des cerises de là-haut
Et me crachait des noyaux
Bienvenue, Wolf et il riait de moi,
Tu es de retour chez toi
Pas revenu en enfant perdu,
Pas devenu docile et brave gars,
Pas revenu en chien battu
Et pas non plus,
Et pas non plus,
Et pas non plus
Comme un mouton noir,
Comme un mouton noir.

Wolf, sors tes cordes chantantes et chante
Le paradis terrestre ;
Oui, chante-moi l’enfer sur terre
Et chante-moi Le Temps des Cerises.
J’ai sorti de ma guitare
La chanson de la Commune.
L’air si aigre, si doux,
L’air si aigre, si doux,
Je chantais en allemand, je chantais en français,
Je fredonnais heureux comme jamais.

Je chantai mes anciennes, mes nouvelles,
Je chantai mes chansons les plus belles.
Soudain, le ciel devint noir
De milliers de funèbres oiseaux noirs ;
La nuée s’envola dans la nuit éternelle
Et dans la bruine, croassa toujours plus haut.
(Devant tout le Politburo) :
« Au rouge crépuscule –
Au rouge crépuscule,
Au moment du rouge crépuscule. »

En vol, contre le vent, croassaient
À l’est, les corbeaux ensorcelés.
Maintenant, ils nous ont tous pardonnés
Ce qu’ils nous ont fait
Dans mon mi-éveil, ce matin tôt
J’ai fait le plus fou des rêves, le rêve le plus beau
Et Robert riait comme quand il était vivant
Là-haut, là-haut,
Là-haut, là-haut,
Là-haut, là-haut,
Dans le cerisier,
Dans le cerisier.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2020/12/27 - 21:34



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org