Language   

Robert le diable

Jean Ferrat
Language: French

List of versions


Related Songs

Pacific Blues
(Léo Ferré)
Songs of Children Cantata
(Robert Convery)
La Gueuse
(Léo Ferré)


‎[1945]‎
A partire dalla poesia di Louis Aragon intitolata “Complainte de Robert le Diable”, ‎scritta nel 1945 e inclusa nella raccolta “Les poètes” pubblicata nel 1960.‎
Testo adattato da Christine Sèvres (1931-1981), moglie di Jean Ferrat, composta nel 1971‎
Musica di Jean Ferrat.‎
Nell’album “Ferrat chante Aragon” del 1971.‎

Questo “Lamento per Roberto il diavolo” è una poesia dedicata alla memoria di Robert Desnos ‎‎(1900-1945), geniale poeta surrealista, grande amico di Aragon, un “poète maudit” dalla fervida ‎creatività, nella cui opera sterminata (arrivò a comporre una poesia al giorno) si annovera anche la ‎trasposizione radiofonica delle avventure di Fantômas, lo spietato e diabolico criminale parigino ‎nato dalla fantasia di Marcel Allain e Pierre Souvestre. La canzone ‎‎“La complainte de ‎Fantômas” - interpretata in seguito da tanti, tra cui Léo Ferré e Francesca ‎Solleville – fu scritta nel 1933 proprio da Desnos e messa in musica da ‎‎Kurt Weill per la sigla della trasmissione…‎

‎‎

Spirito libero e incatalogabile, devoto alla celebrazione dell’amore e della libertà, antifascista fin ‎nel midollo ma al tempo stesso visceralmente ostile al comunismo, Robert Desnos si fece molti ‎nemici nei circoli politici ed intellettuali ma, anche durante l’occupazione nazista, non smise di dire ‎le cose come stavano, di lanciare i suoi strali dalle colonne del quotidiano “Aujourd'hui”, nemmeno ‎quando questo si fece zerbino del regime collaborazionista di Vichy. E l’attività giornalistica e ‎letteraria gli consentiva oltre tutto di coprire la sua partecipazione attiva alla Resistenza come ‎membro della rete spionistica “Réseau AGIR”, nata nella Francia occupata per fornire agli alleati ‎informazioni sullo sviluppo dei programmi missilistici hitleriani.‎
Nemmeno quando seppe di essere stato denunciato come ebreo e partigiano Robert Desnos scappò. ‎Fu arrestato dalla Gestapo nel febbraio del 1944. Venne prima incarcerato a Compiègne, poi ‎deportato nei campi di Auschwitz, Flossenbürg e infine a Flöha. Nel 1945 i suoi carcerieri lo ‎costrinsero, insieme ad altre centinaia di prigionieri, ad una marcia forzata alla volta di ‎Theresienstadt dove Desnos arrivò col fisico ormai distrutto dal tifo e dalle privazioni. Morì a ‎Terezin l’8 giugno del 1945, un mese dopo la liberazione del campo dal parte delle truppe ‎sovietiche



«Penso a te Desnos che partisti da Compiègne
Come una sera dormendo tu ci raccontasti
Compiere fino alla fine la tua profezia
laggiù dove il destino del nostro secolo sanguina...»
Tu portais dans ta voix comme un chant de ‎Nerval
Quand tu parlais du sang jeune homme singulier
Scandant la cruauté de tes vers réguliers
Le rire des bouchers t'escortait dans les Halles

Tu avais en ces jours ces accents de gageure
Que j'entends retentir à travers les années
Poète de vingt ans d'avance assassiné
Et que vengeaient déjà le blasphème et l'injure

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne
Comme un soir en dormant tu nous en fis récit
Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie
Là-bas où le destin de notre siècle saigne

Debout sous un porche avec un cornet de frites
Te voilà par mauvais temps près de Saint-Merry
Dévisageant le monde avec effronterie
De ton regard pareil à celui d'Amphitrite

Énorme et palpitant d'une pâle buée
Et le sol à ton pied comme au sein nu l'écume
Se couvre de mégots de crachats de légumes
Dans les pas de la pluie et des prostituées

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne
Comme un soir en dormant tu nous en fis récit
Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie
Là-bas où le destin de notre siècle saigne

Et c'est encore toi sans fin qui te promènes
Berger des longs désirs et des songes brisés
Sous les arbres obscurs dans les Champs-‎Elysées
Jusqu'à l'épuisement de la nuit ton domaine‎

O la Gare de l'Est et le premier croissant
Le café noir qu'on prend près du percolateur
Les journaux frais les boulevards pleins de ‎senteur
Les bouches du métro qui captent les passants

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne
Comme un soir en dormant tu nous en fis récit
Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie
Là-bas où le destin de notre siècle saigne

La ville un peu partout garde de ton passage
Une ombre de couleur à ses frontons salis
Et quand le jour se lève au Sacré-Coeur pâli
Quand sur le Panthéon comme un équarissage

Le crépuscule met ses lambeaux écorchés
Quand le vent hurle aux loups dessous le Pont-‎au-Change
Quand le soleil au Bois roule avec les oranges
Quand la lune s'assied de clocher en clocher

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne
Comme un soir en dormant tu nous en fis récit
Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie
Là-bas où le destin de notre siècle saigne

Contributed by Bernart - 2013/6/18 - 09:20



Language: French

Il testo originale della poesia di Aragon.‎
COMPLAINTE DE ROBERT LE DIABLE

Tu portais dans ta voix comme un chant de ‎Nerval
Quand tu parlais du sang jeune homme singulier
Scandant la cruauté de tes vers réguliers
Le rire des bouchers t'escortait dans les Halles

Parmi les diables chargés de chair tu noyais
Je ne sais quels chagrins Ou bien quels ‎blue devils
Tu traînais au bal derrière l'Hôtel-de-Ville
Dans les ombres koscher d'un Quatorze-Juillet

Tu avais en ces jours ces accents de gageure
Que j'entends retentir à travers les années
Poète de vingt ans d'avance assassiné
Et que vengeaient déjà le blasphème et l'injure

Tu parcourais la vie avec des yeux royaux
Quand je t'ai rencontré revenant du Maroc
C'était un temps maudit peuplé de gens ‎baroques
Qui jouaient dans la brumes à des jeux déloyaux

Debout sous un porche avec un cornet de frites
Te voilà par mauvais temps près de Saint-Merry
Dévisageant le monde avec effronterie
De ton regard pareil à celui d'Amphitrite

Enorme et palpitant d'une pâle buée
Et le sol à ton pied comme au sein nu l'écume
Se couvre de mégots de crachats de légumes
Dans les pas de la pluie et des prostituées

Et c'est encore toi sans fin qui te promènes
Berger des longs désirs et des songes brisés
Sous les arbres obscurs dans les Champs-‎Elysées
Jusqu'à l'épuisement de la nuit ton domaine

Oh la Gare de l'Est et le premier croissant
Le café noir qu'on prend près du percolateur
Les journaux frais les boulevards pleins de ‎senteur
Les bouches du métro qui captent les passants

La ville un peu partout garde de ton passage
Une ombre de couleur à ses frontons salis
Et quand le jour se lève au Sacré-Coeur pâli
Quand sur le Panthéon comme un équarissage

Le crépuscule met ses lambeaux écorchés
Quand le vent hurle aux loups dessous le Pont-‎au-Change
Quand le soleil au Bois roule avec les oranges
Quand la lune s'assied de clocher en clocher

Je pense à toi Desnos qui partis de Compiègne
Comme un soir en dormant tu nous en fis récit
Accomplir jusqu'au bout ta propre prophétie
Là-bas où le destin de notre siècle saigne

Je pense à toi Desnos et je revois tes yeux
Qu'explique seulement l'avenir qu'ils reflètent
Sans cela d'où pourrait leur venir ô poète
Ce bleu qu'ils ont en eux et qui dément les cieux

Contributed by Bernart - 2013/6/18 - 09:21



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org