Lingua   

La Victoire ouvrière

anonimo
Lingua: Francese



Dans notre canton, pendant quinze ans,
Machin, cette canaille, ce sale type,
Et toute sa sale bande de croquants
Avaient pris l’ouvrier en grippe ;
Ils étaient les maîtres du pays,
Ensemble on ne pouvait causer,
Ils venaient jusque dans nos logis
Écouter pour nous espionner.
Ils nous traitaient comme des vrais chiens,
Tâchaient de nous faire mourir de faim,
Nous menaient comme de vrais prisonniers
Condamnés aux travaux forcés ;
Nous étions privés de liberté,
Tous obligés de se courber
D’vant ces coquins, c’était atroce.
Quand on leur parlait poliment
Ils nous traitaient de fainéants,
Ah ! les sales rosses.

Nous étions trahis pour toujours,
Lorsqu’enfin éclatât la grève,
Car pour nous c’était un beau jour
Pour ensemble se venger sans trêve.
Tous les mineurs de Saint-François
Le 6 juin sont remontés,
Ils ne cessaient de réclamer leurs droits
En criant : Vive la Liberté.
Ils sont allés place du Marché
Afin d’nommer des délégués
Et d’y tenir des réunions
Pour demander leurs r’vendications.
Mais toute cette équipe de bandits,
Dans la nuit se sont réunis,
Plus dangereux que des bêtes féroces,
Ils sont tous allés sur les puits
Armés de câbles et de palis.
Ah ! les sales rosses.

Le lendemain du grand matin,
Ceux du port et du chemin de fer,
Ensemble comme de vrais citoyens,
Sont allés rejoindre leurs frères ;
Enfin, tous ceux des ateliers
Et les jeunes filles de la soierie
Avec nous se sont tous alliés,
Et aussi celles de la vannerie ;
Après, l’on s’est tous mis en rangs,
L’on est partis tous chantant
Au train attendre nos députés
Qui v’naient là pour nous conseiller.
Ah ! si l’on avait pris ces coquins,
Surtout cette crapule de Machin,
On l’aurait battu à coups d’crosse,
Mais ils étaient tous bien cachés,
Car ils craignaient d’être égorgés.
Ah ! les sales rosses.

Grâce à notre solidarité,
Nous avons remporté la victoire
Par les conseils de nos députés,
C’est pas sans peine, faut bien le croire.
Maint’nant qu’nous sommes tous citoyens,
Donnons-nous la main tous en frères,
Expulsons cette bande de vaurien
Qui nous ont tant fait de misère.
Maintenant qu’nous sommes en liberté,
Tous ensemble nous pourrons crier :
Vive la République française,
Nous chanterons la Marseillaise,
Mais chassons d’notre nouveau Montceau
Toute cette équipe de salauds,
Expulsons-les tous à coups de crosse,
Car ils nous ont trop fait d’misère,
C’est à notre tour de leur en faire.
Ah ! les sales rosses.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org