Lingua   

La Chanson du Bébé

Gioachino Rossini
Lingua: Francese

Guarda il video


Enrico Stinchelli


Altri video...


Ti può interessare anche...

Stornelli d’esilio
(Pietro Gori)
Inno alla pace
(Gioachino Rossini)
Honneur aux barbus !
(Les quatre Barbus)


La Chanson du Bébé

Chanson française - Gioachino Rossini - 1868

Rossini


Qu'est-ce que cette chanson de bébé vient donc faire dans les Chansons contre la Guerre ?, s’étonne Lucien l'âne en faisant une petite ruade plaisante pour souligner son désarroi.

Salut à toi, Lucien l'âne mon ami, dit Marco Valdo M.I. en affichant un air des plus réjouis. Sache, monsieur l'âne venu de la plus haute Antiquité, que depuis que le monde est monde et même avant, on n'a jamais vu un bébé souhaiter la guerre...

Oh ça, oui ! Jamais de jamais, au grand jamais !, j'en suis un témoin des plus objectifs.

Dès lors, une chanson de bébé est déjà une chanson contre la guerre ou une chanson qui traite la guerre comme elle doit l'être : par le mépris. Tout simplement, elle l'ignore. Et nous, je veux dire les humains, nous ferions bien d'en faire autant. Cela dit, outre le fait que j'aime beaucoup la façon dont Rossini traitait la guerre et se foutait du bazar – tout en faisant semblant de s'y intéresser... Qui se souvient aujourd'hui que le Voyage à Reims parle du couronnement d'un roi et même, qui – à brûle-pourpoint – pourrait indiquer qu'il s'agit de Charles X... Et d'ailleurs qui se souvient encore de Charles Dix, de ses pompes et de ses œuvres.

Absolument personne, à ma connaissance, dit l'âne Lucien en riant, tressautant comme un marteau-piqueur dans l'arrière-cour de Ventu.

Qui se souvient de Rossini ? On ne répond pas tous en même temps... Très bien, tout le monde...

D'ailleurs, Stendhal disait déjà de lui : « La gloire de cet homme ne connaît d'autres bornes que celles de la civilisation, et il n'a pas trente-deux ans! »

Cela dit, venons-en à la chanson. Elle fait très caca-boudin... comme on dit dans les jardins d'enfants. Et crois-moi Lucien, ce n'est pas un hasard. Elle désigne aux points d'ironie tous ceux qui sont atteints de boulimie infantile... Autrement dit, elle montre le riche dans toute sa splendeur... On dirait un entrepreneur demandant des subsides, un banquier implorant des aides publiques, un patron demandant des réductions de charge, une société anonyme réclamant des baisse d'impôts, les bourses réclamant un accroissement des dividendes, des équilibres budgétaires, des suppressions d'emploi ou des baisses de salaires... Et ... On dirait tout autant un gros monsieur qui veut une grosse auto rouge, une dame tapant du pied pour des bijoux, une autre pleurant qu'on lui retende les peaux, un général demandant des nouveaux canons ou des chars dernier cri, un gouvernement pleurant pour acheter des chasseurs-bombardiers, un grand État exigeant que les autres fassent ce qu'il suggère vivement... etc

Vu comme ça, dit Lucien l'âne grattant le sol d'un sabot noir comme la suie et nerveux comme un coq anglais, vu comme ça, cette chanson du bébé pourrait être l'hymne des Chansons contre la guerre... Un hymne à rebours, certes, mais quand même. Plus sérieusement, Marco Valdo M.I., mon ami, revenons à notre tâche qui consiste – je le rappelle pour ceux qui ne le sauraient pas encore et je les invite à faire de même – à tisser sempiternellement le linceul ou le suaire – c'est selon l'endroit où on se trouve ; dans le Piémont, on choisira un suaire... Donc, on tisse le linceul de ce vieux monde boulimique, obèse, décrépit, avide et cacochyme. (Heureusement !)

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
Maman, le gros bébé t’appelle il a bobo,
Tu dis que je suis beau quand je veux bien faire dodo,
Je veux des confitures, c’est du bon nanan,
Les groseilles sont mûres, donne-m’en, j’en veux maman.
Je veux du bon nanan, j’ai du bobo, maman.
Atchi, atchi, atchi, atchi !
Papa, maman, caca.

Ma bonne, en me berçant, m’appelle son bijou,
Un diable, un sapajou, si j’aime mieux faire joujou.
Quand je ne suis pas sage on me promet le fouet!
Moi je fais du tapage le moyen réussit bien.

Maman, le gros bébé t’appelle il a bobo,
Tu dis que je suis beau quand je veux bien faire dodo,
Je veux des confitures, c’est du bon nanan,
Les groseilles sont mûres, donne-m’en, j’en veux maman.
Je veux du bon nanan, j’ai du bobo, maman.
Atchi, atchi, atchi, atchi !
Papa, maman, caca.

inviata da Marco Valdo M.I. - 20/6/2012 - 10:53



Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org