Language   

Les Temps Difficiles (3)

Léo Ferré
Language: French


Related Songs

Léo Ferré: La Solitude
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)
Dieu est nègre
(Léo Ferré)
Léo Ferré: C'est extra [Inno degli Extra delle CCG / Hymn of AWS Extras / Hymne des Extras des CCG]
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)


Les Temps Difficiles (3)

Chanson française – Les Temps Difficiles (3) – Léo Ferré – 1964


Les Temps Difficiles (3)Tu sais, Lucien l'âne mon ami, j'ai plusieurs fois pensé mettre la chanson « Les Temps Difficiles » de Léo Ferré dans les Chansons contre la Guerre, où incontestablement elle a sa place... Mais voilà, j'y ai plusieurs fois renoncé en raison de la complexité de la chose... Car, comme tu le sais, toi qui connais assez bien les chansons de Léo Ferré, « Les Temps Difficiles » est une chanson extrêmement complexe, qui ressort à un genre particulier : la chanson d'actualités.

La chanson d'actualités ? De quoi s'agit-il, selon toi...

La chanson d'actualités est une chanson liée aux événements du moment où elle est écrite. Elle ressortit tout-à-fait à la chanson politique ou engagée. C'est précisément son lien avec l'actualité d'un temps qui la rend difficile à comprendre au fur et à mesure qu'on s'éloigne des événements qu'elle rapporte. Sauf à avoir vécu « en direct », directement dans le bain de l'actualité ces événements, on ne sait plus trop de quoi il peut bien s'agir ; il en va de même pour les noms de personnages, pour toutes les allusions qu'une telle chanson peut comporter. Dans le cas de Ferré, par exemple, elle est de surcroît très dense et suppose une connaissance de l'actualité (principalement française ou internationale) et un point de vue politique sur le monde. Mais c'est souvent, j'irais jusqu'à prétendre toujours quand sa chanson devient politique ou sociétale, le cas chez Léo Ferré.

Vu comme ça, on dirait que cette chanson ne donne pas dans la facilité... Qu'elle exige, appelle, demande... à son auditeur de faire l'effort de la comprendre... En somme, elle lui demande de se cultiver...

En effet, c'est bien cela... Léo Ferré – et d'autres avec lui – mais lui tout spécialement, ne prend pas ses auditeurs pour des cons. Il les traite en adultes, en personnes cultivées – au sens profond de ce terme... En personnes qui prennent la peine d'étendre leurs connaissances, de s'interroger sur le monde, de comprendre la société où ils vivent et aussi, d'avoir à partir de là, non seulement un avis fondé sur ce monde, mais aussi, une position dans ce monde... un engagement... Léo Ferré est un chanteur politique... Il attend de ses auditeurs ce qu'il exige de lui-même : une splendide indignation et un engagement sans faille du côté des pauvres dans la Guerre de Cent Mille Ans que les riches mènent sempiternellement contre eux afin de maintenir leur domination, d'accroître leur pouvoir, de renforcer l'exploitation, d'imposer le droit de propriété et le droit au profit et de tirer profits du profit... Cependant, pour en revenir aux « Temps difficiles », c'était tellement une chanson d'actualités que Ferré en a chanté trois versions différentes à quelques années d'intervalle et qui dès lors, se référaient à des actualités différentes... Toutes les trois avec la même musique, le même canevas...

Pour cette troisième version des Temps Difficiles, je n'ai malheureusement pas pu trouver de version sonore... C'est dommage et complètement idiot... Un peu comme si on cachait les œuvres d'art afin de faire payer pour les voir, ou les entendre, ou les étudier, ou les connaître... C'est complètement absurde.

Oui, mais, je te rappelle que c'est ce qui se passe souvent... chez vous les hommes. Nous, on ne comprend pas vraiment... Le Soleil donne de la lumière généreusement sans compter à toutes et tous sans restriction depuis des milliards d'années... Est-ce qu'il s'en porte plus mal ? Et nous ici, "Noi, non siamo cristiani, siamo somari", on donne tout notre travail de traduction, de création et de commentaire, comme le Soleil... sans aucune arrière-pensée mercantile... sans une once de cupidité...

En effet... Ce n'en est pas moins absurde cette rétention d'œuvre. Car pour celui qui écrit ou qui peint ou qui fait de la musique et qui aimerait qu'il y ait des gens qui s'intéressent à ce qu'il fait ou ce qu'il a fait, c'est une barrière à la diffusion... On l'empêche d'atteindre ses lecteurs, auditeurs...

D'accord, dans le passé, quand il y avait une production matérielle – un livre, un disque, un concert... il fallait bien – le système étant le système – rentrer dans les frais... Encore que dans un système non mercantile - sans merché... - tout peut être gratuit, à commencer par la vie elle-même... il n'y a pas besoin de la "gagner" en passant par le "travail qui rend libre" (l'Arbeit qui macht frei). Mais ici, il s'agit de la création elle-même et de la faire connaître. Or, il existe le moyen technique de la diffuser à coût zéro pour l'auditeur, le lecteur... Ne pas assurer cette diffusion, c'est en fait trahir l'œuvre elle-même... Mais peut-être, tout simplement, n'y a-t-il pas de troisième version enregistrée des « Temps Difficiles » ou peut-être quelqu'un la trouvera-t-il un jour.

Pour ce qui est de cette version baptisée (3), comme pour les précédentes, elle se focalise sur l'actualité : elle commence, tiens-toi bien, par une histoire de censure religieuse frappant pas moins que ce brave Denis Diderot et le film de Jacques Rivette Qui a censuré Suzanne Simonin, La religieuse de Diderot, le film de Jacques Rivette ?.

Une immense connerie gaulliste et cléricale... Ensuite, quelques couplets ironiques sur la mode et le mondain parisien, une piqûre de rappel à l'Otan, trois couplets sur de Gaulle avec un des couplets les plus jubilatoires et antimilitaires que je connaisse :

«  Un général ça meurt debout
Si seulement ça mourait couché
Je vois pas pourquoi j'irais râler... »


Puis, la guerre du Vietnam et l'assassinat de Kennedy... une pique au socialisme mou, enclin à étouffer les cris du pauvre... «  On n'entend plus les pauvres manger ». Ce socialisme de la compromission qui collabore pour préserver la sacro-sainte paix sociale ou le confort moyen, ce triomphe de la classe moyenne, qu'il conviendrait mieux d'appeler la « classe médiocre ». Et la fin en vrac : guerre du Vietnam, engagement, Sartre et la pilule – le grand combat des femmes pour la contraception...

En somme, dit Lucien l'âne, Léo Ferré tissait déjà, comme nous essayons de le faire, le linceul de ce vieux monde indigeste, médiocre, mercantile, méprisant, raciste, tortionnaire, guerrier et cacochyme

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

Les temps difficiles... Dernière édition

On a retrouvé chez leur coiffeuse,
La censure et une religieuse
Qui se tapait à grands coups de ciseaux
Un bourgeois nommé Diderot
En ces temps difficiles...

Mais, allez donc savoir pourquoi,
Lui, qui pourtant n'y toucha pas,
Savez-vous ce qui arriva?
Ce fut Malraux qui dégueula
Les temps sont difficiles...

Dix centimètres au-dessus du genou
Avec une taille en dessous du cou
Des yeux Chagal, un teint de neige
Pour se les farcir, faut du Courrèges
Les temps sont difficiles...

Vingt centimètres en dessous du cou
Ça se lave chaque fois que sortent les loups
Si t'en a marre de bouffer des briques
Dimanche je t'emmènerai en Beat-nique
Les temps sont difficiles...

Avant de faire la pause-café
Tu boufferas tes pois compensés
Avec un geste de Zitron
Balayant les informacons
En ces temps difficiles...

Et comme dirait Jean-Louis Barreau
Qui a pris Shakespeare pour Ionesco
Le Rhinocéros, c'est bien plus bath
Avec du concentré de tomate...
Les temps sont difficiles...

Que souffle ou non le vent d'autan
Autant dire qu'on aura plus le temps
De se taper les Ricains, d'autant
Plus qu'il n'y aura plus d'OTAN
En ces temps difficiles...

Au fond, tout ça c'est subalterne
Quant il y a qu'un seul mec qui gouverne
Il met, pour voir ses balivernes,
Les députés à la lanterne...
Les temps sont difficiles...

Un général, au fond, c'est un
Conscrit qui serait devenu quelqu'un
Avec l'aide de feuilles de chêne
De dieu et de quelques policemen
En des temps difficiles...

Et comme on dit, je ne sais plus où
Un général ça meurt debout
Si seulement ça mourait couché
Je vois pas pourquoi j'irais râler
Les temps sont difficiles...

Ce siècle avait soixante-trois ans
Washington devenait Texan
Déjà, au seuil de l'après midi
Johnson perçait sous Kennedy
En des temps difficiles...

Et comme Johnson est un brave zigue
Un démocrate que rien ne fatigue
Il s'est engagé au Vietnam
Pour faire un job à Bob Dylan
Les temps sont difficiles...

Prévert disait qu'il était dur
Le vacarme que fait l'oeuf dur
Qu'on tapote sur le comptoir
Quant on a faim, matin et soir
Par les temps difficiles

Mais maintenant que ton bistro
Est passé par la SFIO
On n'entend plus les pauvres manger
Ça ne fait pas de bruit un oeuf Mollet
Les temps sont difficiles...

Aujourd'hui, tout est dans la poche
Les sous-marins, les livres de poche
La culture et le transistor,
Mireille Mathieu et l'UN(o)R
Les temps sont difficiles...

Demain, tu l'auras dans le baba
En dix dix-huit, on te fera ça
Députassier ou électeur
Tu auras ta culture dans le baigneur
Les temps sont difficiles...

Si je vous disais que c'est déguelasse
Passer les Viets au passe à l'as
Et que les Ricains sont des fumiers
Vous me diriez que je suis engagé
En ces temps ridicules

Alors, je retourne chez ma maman
Pour redevenir un petit enfant
Et passer de l'être au néant
Afin de lui laisser tout le temps
D'avaler la pilule...

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2012/6/2 - 10:15



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org