Language   

L'impiccata

Cesare Basile
Language: Italian

List of versions


Related Songs

Ciuri
(Cesare Basile)
A che serve lo zolfo
(Cesare Basile)
Cesare Basile: Cincu pammi
(GLI EXTRA DELLE CCG / AWS EXTRAS / LES EXTRAS DES CCG)


(2011)
Album: Sette Pietre Per Tenere Il Diavolo A Bada

sette-pietre-per-tenere-il-diavolo-a-bada
L'inverno è stato qui, si è preso il freddo
la mezzanotte mi ha reso l'orrore
i fiori si son presi i miei odori
son quella che rimane, son l'impiccata
Appesa per i piedi e per il seno
perchè ero la peggiore delle cagne
quella che si fa beffa della gioia
legandomi al contatto, sposandomi ai crocicchi, aprendomi la faccia
senza interrompervi
esposta per i piedi e per il senno
così che possa rendere alla legge quello che non ho dato alla mia razza
son quella che guardate, son l'impiccata.
sputate sul mio ventre capovolto
su questo sacro cuore sottosopra
perchè sono la beffa e non la gioia
legandomi al contatto, sposandomi ai crocicchi, aprendomi la faccia senza interrompervi

Contributed by DoNQuijote82 - 2012/4/22 - 17:49



Language: French

Version française – LA PENDUE – Marco Valdo M.I. – 2013
Chanson italienne – L'impiccata – Cesare Basile – 2011


Folles, pendues, brûlées Hou hou !, âmes simples, hérétiques en tous genres... Toutes au gibet, toutes au bûcher, car ce sont des possédées, des filles de Satan...

Mais que racontes-tu comme imbécillités , Marco Valdo M.I. mon ami ?

Des imbécillités ? Mais ce sont des imbécillités assassines et massacrantes prêchées par les moines, les missionnaires, les prêtres et bien des représentants des autorités constituées séculières ou célestes. Leurs inquisiteurs et leurs tribunaux allaient jusqu'à chercher sur le corps de ces dames la « marque » de Satan... M'est avis que tout cela se faisait car ils craignaient grandement la popularité et les réels pouvoirs de ces femmes – connaissance des simples et dans les deux sens du mot: hommes ou plantes. Et puis, elles étaient les filles de Cro-Magnon... les filles et les porteuses d'une civilisation ancienne et à éradiquer, elles maintenaient les valeurs d'un autre monde, d'un monde où femmes libres, elles vivaient parmi les hommes libres... Un monde où le Dieu des puissants, leur Dieu, leurs prêchi-prêchas, leur Pontifex maximus, leurs croisades et leur puissance temporelle n'existait pas. Bref, elles venaient tout droit du monde qu'ils avaient mis tant de temps et tant d'efforts à détruire... Sans jamais y arriver. Elles en viennent encore aujourd'hui.

Aujourd'hui encore, c'est leur ambition à ces dominateurs d'asservir tout le monde. Ce sont des impérialistes, des catholiques comme ils se nomment ; ils veulent dominer ( Domine?) le monde. Au nom de Dieu, qu'ils disent... Mais personne n'a jamais pu le vérifier... Et pour cause.

Bien, je te rappelle quand même qu'ils ont fait école et qu'ils ont de redoutables concurrents en ce domaine. Mais pour en revenir plus précisément à la chanson, la pendue (le pendu...) a souvent été une victime expiatoire, un bouc émissaire, en quelque sorte. Une rassurance... Holà, j'aime bien ce mot, même s'il ne figure dans aucun de nos dictionnaires contemporains … Sauf le DVLF (Dictionnaire vivant de la langue française, publié sur Internet par l'Université de …. Chicago), qui l'a repris de Littré, lequel avait trouvé ce mot de « rassurance » chez Mirabeau.

Belle référence !, dit l'âne Lucien en pliant le genou.

Certes, mais revenons à notre rassurance... Pendre cette femme libre d'esprit, c'est pendre la liberté de pensée, la liberté d'être. Car si la liberté fait peur aux puissants et aux riches (j'entends bien la liberté des autres, celle des pauvres...), il importe que tout le monde ait peur de la liberté. Paura della libertà est le fondement de tout pouvoir Peur de la Liberté. Pour instiller cette peur, les dieux, leurs histoires à dormir debout et leurs laudateurs Franco la Muerte sont les marionnettes qui projettent des ombres sur les murs... Pendre cette femme, c'est montrer à tous où mène la liberté, du moins, quand les puissants n'en veulent pas, quand ils la répriment... Par tous les moyens... Essayez un peu de critiquer, de mettre en cause, de dénoncer, de ridiculiser... mettons un roi, un président de République ou quelque chose d'approchant... Ou le Pape aux grandes heures de la chrétienté ou que sais-je Allah en Iran ou en Arabie... Tout cela se tient.

Raison, raison, raison... Raison de plus pour reprendre notre tâche et tisser sans relâche le linceul de ce vieux monde de religions, de dieux, de fantômes, d'oppresseurs, de bûchers, de lapidations, d'assassinats, de pendaisons et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LA PENDUE

L'hiver est arrivé, la glace est venue
La nuit m'a faite horreur
Les fleurs ont pris mes odeurs
Je suis celle qui reste, je suis la pendue
Pendue par les pieds et les seins
Car j'étais la pire des chiennes
Qui se moquait de la joie
Montrant mon visage, me frottant à tous, me mariant à tous les coins.
Sans vous déranger.
Exposée par les pieds et pour la sagesse
De sorte que je rende à la loi ce que je n'ai pas donné à ma race
Je suis la pendue, je suis celle que vous regardez.
Vous crachez à présent sur mon ventre renversé
Sur ce sacré cœur en émoi
Car je suis la dérision, pas la joie
Montrant mon visage, me frottant à tous, me mariant à tous les coins sans vous déranger

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2013/9/14 - 22:54



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org