Language   

Tostemps vir cuidar en sabér

Pèire Cardenal

List of versions


Related Songs

A totas partz vei mescl' ab avarésa
(Pèire Cardenal)
Del tot vey remaner valor
(Guilhem Montanhagol)
Tot farai una demanda
(Pèire Cardenal)


‎[prima del 1249]‎

Testo trovato sul sito dedicato a Pèire Cardenal



Dopo A totas partz vei mescl' ab avarésa e Per fols tenc Polhes e Lombartz, un altro “sirventès”, una canzone di denuncia, una canzone “engagé” ‎del grande trovatore occitano Pèire Cardenal, nato alla fine del XII secolo nell’Auvergne e vissuto ‎tra le corti dei signori di Tolosa e del re Giacomo d’Aragona.‎

Si tratta proprio della canzone in cui sintetizzò il suo programma artistico e, in qualche modo, ‎‎“politico”:‎

“Ho sempre cercato di sostituire la conoscenza alle credenze‎
e cambio ‘io credo’ con ‘io so’‎
e rinuncio alla menzogna per la verità, […]


Pèire Cardenal è indicato da alcuni studiosi – ma senza che ve ne sia certezza documentale – pure ‎come l’autore della parte anonima della “Canso de la Crosada”, il poema che descrive i primi dieci ‎anni (dal 1208 al 1218) della terribile crociata scatenata da papa Innocenzo III contro i càtari o ‎albigesi.‎

Qui Pèire Cardenal traduce in poesia trobadorica la parabola di Lazzaro e il ricco Epulone ‎raccontata da Gesù e inclusa solo nel Vangelo di Luca. ‎
Guai ai ricchi, insomma…
Tostemps vir cuidar en sabér
E camgi so cug per so sai,
E lais mentir per dire vér,
E azir tort e dretz mi plai,
E blasmi mal e lauzi bé,
E mostri gaug e dol escón,
E soi compaingz de bona fé
Car es ab me et ab leis són. ‎

Per so n'ai pezar e plazer
E m'en irais e m'en apai
E n'ai amor e mal voler
Ab tal que mal ni be non fai;
E per aco ieu am en re
Et azir en re cest d'amon:
Car en re fai so que-s cove
Et en re escorja e ton. ‎

Et per aco no-m puesc tener
Qu'ieu non diga d'aquel de lai
Que Dieus lo degra dequazer
Si com el los autres dequai,
E qu'el trobes aital merce
Com trobon aquil qu'el cofon.
Car los destrus non sap per que
E los fai fugir non sai on.‎

Si hom pogues lo cor vezer
Del malvais ric home savai
Tant i vir' hom d'avol aver
Que fera paor et esglai
Per que volgra, car hom no ve
Lo malvais voler deziron,
Que la malvestat qu'a en se
Portes escricha sus, el fron. ‎

Ricx homs malvais de gran poder
Que gent viest e manja e jai,
E non vol als autres valer,
Sembla lo ric que hom retrai,
Que, quar manjava ad esple
E vestía lo mieilz del mon
E non donava son conre,
Deissendet en enfer, preon. ‎

Las doas vías que hom te
Vos farai entendre cals son:
L'una fai mal, l'autra fai be,
L'una vai aval, l'autr' amon. ‎

Contributed by Bartleby - 2012/4/13 - 12:04



Language: French

Traduzione francese dal sito dedicato a Pèire Cardenal
TOUJOURS JE REMPLACE CROYANCE PAR SAVOIR

Toujours je remplace croyance par savoir,
et je change " je le crois " pour " je le sais ";
je renonce à mentir pour dire la vérité,
et j'ai l'injustice en horreur car le droit me plaît.
Je blâme le mal et je loue le bien.
Je montre la joie et je cache la souffrance.
Je suis compagnon de la bonne foi
car elle est avec moi et je suis avec elle. ‎

Aussi ai-je à la fois peine et plaisir,
je m' en irrite et m'en apaise,
et ai amitié et inimitié
envers tel homme qui ne fait ni le mal ni le bien.
C 'est pour cela que " Celui de là-haut ",
d'un côté je l'aime et je le hais de l'autre
parce qu'un jour il fait ce qui convient
et un autre il écorche et il tond.‎

Et pour cela encore, je ne puis m'empêcher
de dire de " Celui de là-bas "
que Dieu devrait le rabaisser
tout comme lui-même rabaisse les autres;
et qu'il trouve la même pitié
que trouvent en lui ceux qu'il ruine.
Car il les détruit il ne sait pourquoi
et il les fait fuir je ne sais où.‎

Si on pouvait voir le cœur
du méchant et méprisable riche,
on y verrait tant de viles choses
que l'on serait saisi de peur ou même d'effroi.
Aussi je voudrais, puisqu'on ne le voit pas
ce mauvais vouloir plein de convoitise,
que la méchanceté qu'il a en lui
il la portât écrite bien haut, sur son front.‎

Un riche homme méchant et de grand pouvoir
qui, agréablement, s'habille, mange et se couche,
et ne veut pas secourir les autres,
ressemble au riche dont on rappelle ici l'histoire:
celui-ci, parce qu'il mangeait tout son soûl
et s'habillait le mieux du monde
et ne donnait pas son hospitalité,
descendit dans l'enfer profond.‎

Les deux routes que l'homme suit,
je vous ferai entendre quelles elles sont:
l'une amène le mal, l'autre le bien,
l'une va en enfer, l'autre au paradis.‎

Contributed by Bartleby - 2012/4/13 - 12:05



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org