Lingua   

Le Jeu du Pendu

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Mil neuf-cent soixante et un, une année de folie
« Alors, Ulli... Raconte-nous comment ça s'est passé
Quand tu es allé chercher ton Elke de l'autre côté ?... »
Comme dit ma femme, en ce temps-là, c'était la vraie vie.
Maintenant, le mur est tombé, mais tout va de travers
La solidarité est morte, il nous reste la misère.

Les temps étaient troubles, on ne voyait pas bien l'horizon
Les Zétazuniens débarquaient dans la Baie des Cochons
Du coup, Cuba devenait socialiste.
Eichmann avouait tout : Wannsee, Auschwitz,
L'administration rigoureuse de la mort : la solution finale,
Pour conclure, on l'a pendu : point final.

Gagarine fila le premier dans l'espace.
Chez nous, ça ne pouvait plus durer,
Les gens s'en allaient sans se retourner.
Notre Miss Bade-Wurtemberg était venue d'en face,
Marlène, Marlène, blonde, un mètre septante-trois
Jouer à la Miss Univers et faire son cinéma.

Chez nous, on n'arrivait pas à endiguer le flot
Un beau jour, ou peut-être une nuit. En tout cas, très tôt
Le peuple se levait à peine. Ils ont commencé à construire le mur
Pour marquer la séparation, rideau de fer et mur de pierre
Nos tunnels sous le mur fonctionnaient sans encombre
On évacuait les amis en grand nombre.

Une télé étazunienne, bizenesse is patafesse
Acheta les droits sur la Bernauer Strasse
Filma l'exode tunnelien, spectacle émouvant
Sur leurs écrans... La fugue souterraine des Allemands
Ça n'a pas tardé... Les autres sont arrivés.
Fini de rire. Par sécurité, on a dû tout noyer.

L'année suivante, Peter Fechter, une balle dans le flanc
Agonisa dans le no man's land, en direct sur leurs écrans.
Moi je faisais le « couvercle » du Glockengasse 4711
Maintenant qu'on y est, on y va, on fonce !
Dans la merde jusqu'au Kreuzberg sous le sable
Mais des idiots ont fait un raffut du diable.

Par le cimetière, fleurs et couronnes, des gens compassés,
Rejoignaient les trépassés, juste le temps de passer.
Ces défunts s'en allaient ressusciter de l'autre côté
Jusqu'à ce qu'une mère pressée
Abandonne son landau devant l'entrée.
Alors, une fois encore, on a dû fermer.

Mil neuf-cent soixante et un, une année de folie
« Alors, Ulli... Raconte-nous comment ça s'est passé
Quand tu es allé chercher ton Elke de l'autre côté ?... »
Comme dit ma femme, en ce temps-là, c'était la vraie vie.
Maintenant le mur est tombé, mais tout va de travers
La solidarité est morte, il nous reste la misère.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org