Lingua   

Quatre hommes dans un champ

Marco Valdo M.I.
Lingua: Francese



Abandonnant une lettre en guise de testament.
Le poète dramaturge, fredonne doucement
Nun, o Unsterblichkeit, bist du ganz mein 
Seul, dernière compagnie, le néant nous fait face
Et les litanies de la mort et la rose blanche bien en place
Et Henriette et Heinrich, les deux amants
Et le double suicide exécuté de sa belle main
Au petit Wannsee, plus d'un siècle auparavant

Ils étaient quatre hommes dans un champ
Quatre écrivains et tous Allemands
Venu de l'Est, un homme de soixante ans
Venu de l'Ouest, un homme de septante ans
Contemplaient la pierre sous les pétales blancs
Le quatrième, en retrait, un poète-étudiant.

Les deux ombres de géant
L'homme de soixante ans, l'homme de septante ans
Rejoindront les amants dans si peu de temps
L'année-même de ce printemps
L'un venait de l'Ouest, un chauve aux allures de bouddha
L'autre venait de l'Est, maigre, penché et malade déjà
À Berlin, on faisait des rencontres comme ça
Moi, le petit étudiant, immobile dans ce froid.

Ils causaient, leurs voix portaient, je les écoutais
Ils se citaient mutuellement.
Donnant un démenti éclatant
À l'inimitié réciproque dont on les affublait.
Rien sur la politique, rien sur le réarmement
À l'été, tous deux moururent successivement.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org