Language   

Le conscrit

Marc Ogeret
Language: French


Related Songs

Pus d’ patrons!
(Aristide Bruant)
Le Matin du Grand Soir
(Marc Ogeret)
Au préfet de police, qui a fait fermer notre goguette
(Charles Gille)


[1818]
Scritta da Paul Émile Debraux (1798-1831), scrittore, poeta, chansonnier e goguettier francese.
Sull’aria della canzone “La vérité perd ses attraits”
Testo trovato su Chansons historiques de France

Presente nell’album di Ogeret “Chansons contre” del 1988.

chansons contre

Debraux, autore anche della celebre “Fanfan la Tulipe”, ebbe una grande notorietà nella Parigi della Restaurazione e per via delle sue canzoni, spesso concepite nel corso delle riunioni di questa o quella “goguette”, il regime lo perseguitò, arrestò e imprigionò più volte.
La souveraine du Brabant
Prétendait, avec hardiesse,
Avoir le pied plus élégant
Que le pied de notre princesse.
Pour soutenir des droits si beaux,
On rangea, grâce au ministère,
Cent mille hommes sous les drapeaux:
Avez-vous jamais vu la guerre !

J’avais à peine dix-huit ans,
Qu'exempt de chagrin et d'affaire,
Gaîment je consacrais mon temps
A boire, à dormir, à rien faire.
Un beau jour survient une loi,
Qui m'envoie au bout de la terre,
Batailler pour je ne sais quoi:
Avez-vous jamais vu la guerre !

J'avais le regard louche et faux,
J'avais les jambes non pareilles,
On ferma l'œil sur mes défauts,
On me promit monts et merveilles.
De moi, que rendait tout blafard
Le bruit du canon, du tonnerre,
On prétendit faire un César:
Avez-vous jamais vu la guerre !

Amis, l'agréable métier
Que le noble métier des armes !
Le diable, au fond d'un bénitier,
Trouverait, je crois, plus de charmes.
Doux navets, tendres haricots,
Bon pain noir, excellente eau claire,
Voilà le festin des héros :
Avez-vous jamais vu la guerre !

La gloire n'avait pas pour moi
Entr'ouvert ses voiles de roses,
Et j'étais peu jaloux, ma foi,
Des honneurs de l'apothéose.
Pour calmer mes sens effrayés,
Sans rire, on m'offrit pour salaire,
Cinq sous par jour, jamais payés:
Avez-vous jamais vu la guerre !

Aux champs de la destruction,
Je trouve besogne nouvelle;
Me plante-t-on de faction,
Ou bien j'y brûle, ou bien j'y gèle.
Je fais prendre un convoi d'argent,
Et pour prix de mon ministère,
Mon caporal est fait sergent:
Avez-vous jamais vu la guerre !

Cette injustice me frappa,
Je pris la poudre d'escampette;
Par malheur on me rattrapa,
Mon affaire fut bientôt faite.
Ma tète était mal en renom,
Et pour la rendre moins légère,
On voulut y loger du plomb :
Avez-vous jamais vu la guerre !

Par bonheur on se culbuta,
En l'honneur de nos souveraines;
Mais j’ignore qui l'emporta,
Du noble pied de ces deux reines.
Voici les résultats connus,
C'est que nous, juges de l'affaire,
Nous revînmes les pieds tout nus:
Avez-vous jamais vu la guerre !

Amis, ne me soupçonnez pas,
Malgre' cette plaisanterie,
D'avoir jamais craint le tre'pas
En combattant pour ma patrie.
Mais, lorsque j'entends répe'ter
Qu'au bonheur la paix est contraire,
Je suis toujours prêt à chanter:
Avez-vous jamais vu la guerre!

Contributed by Bartleby - 2010/9/29 - 10:41



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org