Language   

Piombo

Subsonica
Language: Italian

List of versions


Related Songs

La statua della mia libertà
(Samuel)
Liberi tutti
(Subsonica)
Sole silenzioso
(Subsonica)


Dedicata a Roberto Saviano.

roberto saviano
"Chiazze di sangue, giornate di sole
Le dita sull’asfalto, l’arma già scarica.
Giovane vita in un gesso sottile
Tutto finisce, in terra resta una sagoma.

Fanti e pedine, scacchiere di morte
La merce nel sistema è l’unica regola
Rischiare tutto e non essere niente
Nel male scuro che travolge ogni pietà.

L’aria è più pesante che mai quando un fantasma ci ruba l’ossigeno
Quando il futuro è solo piombo su queste città
Sotto una cupola che sembra la normalità.
L’aria è più pesante che mai e brucia tanto che manca l’ossigeno
Troppi silenzi in quel cemento che già sanguina
Troppe speranze nel mirino che ora luccica.

Se un sogno non raggiunge neanche il mattino
Se le illusioni sono scorie di umanità
Come fare a coniugare un verbo al futuro
Quando il futuro è solo appalto di tenebra.

Dentro una terra di sole e veleni
C’è un paradiso infestato dai demoni
Spettri temuti con nomi e cognomi
Che tremano solo di fronte alla verità
Quella del coraggio di chi sfida l’oscurità,
Quella di chi scrive denunciando la sua realtà,
Le anime striscianti che proteggono l’incubo
Sotto la scorta di un domani che scotterà."

L’aria è più pesante che mai quando un fantasma ci ruba l’ossigeno
Quando il futuro è solo piombo su queste città
Sotto una cupola che sembra la normalità.
L’aria è più pesante che mai e brucia tanto che manca l’ossigeno
Troppi silenzi in quel cemento che già sanguina
Troppe speranze nel mirino che ora luccica.

Contributed by Jack SSSR - 2009/10/7 - 19:20



Language: French

Version française – PLOMB – Marco Valdo M.I. – 2009
Chanson italienne – Piombo – Subsonica

Dédiée à Roberto Saviano

Te souvient-il, Lucien l'âne mon ami, d'une chanson intitulée Plomb, de Corrado Sannucci celle-là, qui racontait les ravages que le plomb, ce métal mou, fait dans l'organisme travailleurs humains - et le ferait sans doute de même façon, pour les autres vivants qui y seraient exposés. Le plomb, ainsi considéré, est un poison; il tue assez lentement.

Oui, oui, parfaitement. Je m'en souviens parfaitement. Mais pourquoi me demandes-tu cela ?

Tout simplement, car voici une autre chanson avec le même titre et pourtant, elle ne raconte pas tout-à-fait la même histoire, même si c'est une histoire de mort. Le plomb cette fois est envoyé tout chaud et en petite quantité, mais directement dans la tête ou dans le corps de celui qui doit mourir. Le plomb, vois-tu, ici, entre dans l'être sous forme de balle et a pour but de l'éliminer de la surface de la terre. Bref, il s'agit tout simplement d'exécutions crapuleuses, d'assassinats programmés par une bande organisée ou par une autre. Et cette chanson est dédiée à un journaliste qui a fait profession de dénoncer ces bandes... et donc, de devenir lui également le gibier de ces tueurs, qui décidément n'aiment pas qu'on leur dise leur vérité ou qu'on la dise à la face du vent et du monde. C'est pourquoi nous le disons ici aussi; ici aussi, toi et moi, nous dénonçons la bêtise bestiale de ces crétins assassins.

Évidemment, dit Lucien l'âne,... Dans la Guerre de Cent Mille Ans, ces mafieux sont dans l'autre camp... du côté des riches et des puissants. Nous tisserons un linceul à leur vieux monde puant et cacochyme.

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.

PLOMB

« Taches de sang, journées de soleil
Les doigts sur l'asphalte, l'arme déjà déchargée.
Jeune vie en plâtre fragile
Tout finit; à terre, reste une forme.

Valets et pions, échiquier de mort
Dans le système, la marchandise est la seule règle
Risquer tout et n'être rien
Dans le mal obscur qui rejette toute pitié.

L'air est plus pesant que jamais quand un fantôme nous prend l'oxygène
Quand le plomb est le seul futur de cette ville
Sous une coupole qui semble la normalité.
L'air est plus pesant que jamais et brûle tant que manque l'oxygène
Trop de silences dans ce béton qui saigne déjà
Trop d'espérances dans le viseur qui scintille à présent.

Si un rêve n'atteint même pas le matin
Si les illusions sont des scories d'humanité
Comment conjuguer un verbe au futur
Quand le futur est seulement l'adjudication des ténèbres.

Dans une terre de soleil et de poisons
Il y a un paradis infesté de démons
De spectres redoutés avec noms et prénoms
Qui tremblent seulement en face de la vérité
Celle du courage qui défie l'obscurité
Celle de celui qui écrit en dénonçant sa réalité.
Les âmes rampantes qui protègent le cauchemar
Sous l'ombre d'un lendemain qui brûlera. »

L'air est plus pesant que jamais quand un fantôme nous prend l'oxygène
Quand le plomb est le seul futur de cette ville
Sous une coupole qui semble la normalité.
L'air est plus pesant que jamais et brûle tant que manque l'oxygène
Trop de silences dans ce béton qui saigne déjà
Trop d'espérances dans le viseur qui scintille à présent.

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2009/11/1 - 22:46



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org