Lingua   

Sein 1940

Tri Yann
Lingua: Francese



Mille neuf cent quarante à la fin de juin,
Cent vingt deux hommes de l'île de Sein
Prennent la mer sur six bateaux
Pour l'Angleterre là-haut,
Lutter pour la liberté.

C'est outrance, Grands de France,
Lorsque de leurs enfants vous vous défiez.

Parlaient-ils français, parlaient-ils breton?
Peu vous importait alors la question.
Ils avaient entendu l'appel,
Crié "kentoc'h mervel" [*],
Peint "frankiz" [**] sur leur ciré.

C'est offense, Grands de France,
que de condamner leur langue au bûcher.
C'est violence, Grands de France,
que de condamner leur lange au bûcher.

Voulant suivre leurs hommes en Albion,
Les sénanes arrachant leur île au fond,
A la rame la menèrent
Droit vers l'Angleterre
Cap au nord dans les embruns.

Quand on pense, Grands de France :
Vous leur déniiez tout droit citoyen.

Deux années passèrent et puis deux années,
Pour ceux qui revirent Saint-Guénolé. [***]
Tous n'étaient pas du voyage,
Quand finit l'orage
Il en manqua plus de vingt.

Gens de France, retenez bien
Ce qu'ont fait pour vous tous ces marins.
Gens de France, retenez bien
Ce qu'ont fait pour vous les hommes de Sein.
[*] "Plutôt mourir" en breton.
[**] "Liberté" en breton.
[***] Le seul village de l'île.


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org