Language   

Une Autre Guerre

Marco Valdo M.I.
Language: French


Related Songs

L'aube
(Marco Valdo M.I.)
Oeil qui rit
(Marco Valdo M.I.)
À Vau-l’Eau
(Marco Valdo M.I.)


Une Autre Guerre
 
Canzone léviane – Une Autre Guerre – Marco Valdo M.I. – 2009
Cycle du Cahier ligné – 41
 
 
Une Autre Guerre est la quarante et unième chanson du Cycle du Cahier ligné, constitué d'éléments tirés du Quaderno a Cancelli de Carlo Levi.
 
 
La chanson parle de l'émigration comme d'une autre guerre ou d'un moment d'une guerre ou d'une forme de guerre. On ne saurait ignorer cet aspect de la vie du monde. L'Antiquité, les temps modernes et presque contemporains avaient leurs émigrés; on les nommait, pour certains d'entre eux - une masse considérable de gens - des esclaves; quand l'esclavage fut considéré comme infamant et banni des bonnes manières civilisées, d'autres gens ainsi exilés, et c'était la transition, furent nommés des migrants. En somme, pour une grande part d'entre eux, c'étaient des esclaves modernes et en apparence au moins pour certains d'entre eux, des volontaires.

L'Allemagne nazie, pour ne parler que d'elle, avait instauré un Service de Travail Obligatoire et des camps de travail dont l'admirable devise libérale « Arbeit macht Frei ! » ornait la devanture. Admirable et libérale, tout à la fois, cette sentence qui pourrait se traduire : « Le Travail rend libre » ou autrement dit, « Le travail, c'est la liberté ». Paroles de maîtres... Merveille de la propagande.

D'ailleurs, l'économie est souvent vécue sous l'aspect de la « guerre économique », on y dénonce l'espionnage économique, on y parle d'offensives, de manœuvres, de mobiliser les forces, de défense... L'économie est une des formes de la guerre... D'ailleurs, on y meurt aussi et parfois même, on n'en revient pas.

Aussi bien, la métaphore guerrière parle des chômeurs et des migrants comme d'une armée de réserve...

L'ambition économique, le principe-même de l'économie – qui consiste à tirer profit des autres – est un principe éminemment guerrier. L'exil est bien souvent une fuite face à un destin par trop contraire.

Notre prisonnier-guerrier-blessé connaît bien l'exil et l'émigration et assure son propos en rappelant les « émigrés » italiens sur le Don, dans les années 1940 et de là, revient à la caserne de départ... Quel départ ? Et pour où ? Pour une autre guerre ?

Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.
Le frère de Lucia est en Argentine
À Buenos Aires, à Tucuman, à Cordoba.
Et le frère d'Armanda,
Fabriquait à Freiburg, des briques en usine.
Dans cette langue inconnue, tous "riaient de lui".
Après cinq ans d'émigration, ce bon garçon
Désespéré, est rentré à la maison,
Il est arrivé à Rome l'autre nuit
Comme un malheureux, perdu dans la ville
On l'a soigné à l'asile.
Puis, revenu chez sa mère à Cagliari
Il souriait, elle cuisinait pour lui.
Au changement de saison, il fut hébergé
Dans le Campidano, chez son cousin berger,
Ainsi le monde renaît, là tout au fond
Comme une grande tête d'ail ou un oignon,
Un légume arrondi, un poireau, un ananas.
Nous sommes tous des émigrants, n'est-ce pas ?
Nous sommes tous des émigrés.
Les autres sont restés sur le Don : pétrifiés.
Les morts frappent aux portes de l'histoire.
Même les Langhe, même Pavese, c'est la préhistoire.
Tous désormais savent qu'ils sont en exil;
Émigrés de l'émigration, exilés de l'exil,
Oubliés au fond du puits, au bout du couloir.
Le petit monde dans l'œil gauche
Et dans l'œil droit, un peu de désespoir.
Œil droit, œil gauche,
Bleus et noirs alexandrins.
À Buenos Aires, le frère argentin
A épousé une cousine de Bra,
Elle a tous ses parents là-bas.
Dans une caserne, la troupe attend
Un ordre de départ va arriver,
Et déjà on entend
Comme un bruit cent fois amplifié
La rumeur confuse et le murmure
De celui qui prépare en vitesse son sac,
De celui qui astique ses boutons et ses chaussures,
Et rassemble ses affaires en vrac..
C'est le départ... Chouette, on s'en va...
Pour où ? Pour quoi ?
Pour nos maisons ou pour la guerre,
Pour une autre inutile garnison ?
Pour qui sonnent les clairons ?
Serait-ce déjà une autre guerre ?

Contributed by Marco Valdo M.I. - 2009/8/10 - 23:04



Main Page

Please report any error in lyrics or commentaries to antiwarsongs@gmail.com

Note for non-Italian users: Sorry, though the interface of this website is translated into English, most commentaries and biographies are in Italian and/or in other languages like French, German, Spanish, Russian etc.




hosted by inventati.org