Lingua   

In lode de l'asino

Giordano Bruno


Lingua: Italiano


Ti può interessare anche...

Les Litanies de Satan
(Charles Baudelaire)
Giordano Bruno, du som vet vilket pris den kan få betala av
(Jan Hammarlund)
Giordano Bruno
(Stefano Rosso)


[1585]
Sonetto premesso ai dialoghi della Cabala del Cavallo Pegaseo
Londra, 1585
Con l'aggiunta dell'Asino Cillenico
[Falsa indicazione: Parigi, appresso Antonio Baio, 1585]
Musica e testo modernizzato (con il titolo In lode all'asino)
Hautville, 2011
Album : Numen Lumen

donchei


"Ripropongo di seguito il celebre sonetto che Giordano Bruno premette ai dialoghi contenuti in Cabala del cavallo pegaseo. Un “elogio dell’ignoranza”, espresso in forma di poesia e con insuperabile ironia. Non serve solo a ricordare il rogo del grande filosofo italiano, avvenuto in Campo de’ Fiori il 17 Febbraio del 1600, ma testimonia quanto sia lungo e faticoso il cammino verso la conoscenza e la verità, alla quale ultima peraltro, come diceva il nolano, possiamo solo “tendere ad avvicinarci”. Dogmatismo, scetticismo e verità rivelate sono infatti sempre in agguato per impedire agli esseri umani di uscire dal sonno della ragione. Oggi, come allora, il potere, ovunque si annidi, innalza la “bandiera dell’asinità”, manipolando sapientemente l’informazione, occultando i propri disegni, predicando e imponendo il proprio dogma, al solo scopo di conservare se stesso. All’asinità imposta dalle caste di ogni genere, il cittadino deve saper opporre un’asinità “consapevole”, con il riconoscimento socratico della propria ignoranza, per l’abbattimento di ogni genere di pregiudizio e per camminare da protagonista sul terreno della Storia." - Dallo Zibaldone di Sergio Magaldi

Come introduzione breve ma completa al sonetto dell'Arso in Campo de' Fiori, che scrisse e pubblicò quindici anni prima del fatale 17 febbraio del 1600, non potevo che riprodurre quanto detto da Sergio Magaldi nel suo Zibaldone. Vanno dette due o tre altre cose, però. In un sito storicamente “asinino” come questo, e popolato da asini in persona (Lucien Lâne), addirittura con un percorso apposito sugli asini bello adversi, ero sinceramente convinto che il sonetto del Nolano fosse già presente da mo', e magari Marco Valdo lo avrà citato chissà quante volte nei suoi Dialoghi Maieutici. Poi sono andato a vedere, e non c'era proprio. Poteva mancare? Giammai della vita, per dirla con un brutale gallicismo. Eccolo qua, e persino con la sua musica moderna, recente, a cura di un interessante gruppo di origine lucana, gli Hautville, che lo hanno armonizzato (in forma molto bella, a mio parere) nel loro album del 2011 Numen Lumen. E così, entra nel sito la Santa Asinità di Giordano Bruno, dalla porta principale. Io, però, continuo ad essere seminalmente perplesso sulle frequenti, ed antichissime, antropomorfizzazioni degli animali ad indicare vizi, caratteristiche e virtù di quell'altro animale chiamato scientificamente Homo Sapiens. Mi piacerebbe ad esempio sapere quando mai l'Asino, emblema storico dell'ignoranza, abbia preso un suo simile e lo abbia messo al rogo in una piazza romana. Ignoranza, dèi, roghi e quant'altro, sono roba tutta di noialtri. Non degli asini. Con tutto ciò, il 17 febbraio di 418 anni fa successe quel che successe; le sono storie vecchie, e resto convinto che, se potessero ancora farlo, lo farebbero tranquillamente ancora oggi nonostante i papifrancèschi e quant'altro. Curiosamente, il 17 febbraio è diventata, da qualche anno, la Giornata Mondiale del Gatto. Forse perché il sapientissimo Omo Sapienz di gatti, per le sue superstizioni ed i suoi dèi, ne ha sterminati a milioni e milioni in certe epoche, favorendo peraltro pestilenze varie perché degli intelligentissimi animaletti chiamati topi non avevano più i loro regolatori naturali. Ditemi voi, ordunque, dove sta l'ignoranza. [RV]


O sant'asinità, sant'ignoranza,
santa stolticia e pia divozione,
qual sola puoi far l'anime sì buone
ch'uman ingegno e studio non l'avanza;

non gionge faticosa vigilanza
d'arte qualumque sia, o 'nvenzione,
né de sofossi [1] contemplazione,
al ciel dove t'edifichi la stanza.

Che vi val, curiosi, il studiare,
voler sapere quel che fa la natura,
se gli astri son pur terra, fuoco e mare?

La santa asinità di ciò non cura;
ma con man gionte e 'n ginocchion vuol stare
aspettando da Dio la sua ventura.

Nessuna cosa dura
eccetto il frutto de l'eterna requie,
la qual ne done Dio dopo l'essequie.
[1] Sapienti (in senso spregiativo, nel contesto della "santa ignoranza"). Il termine è un neologismo coniato da Giordano Bruno.

inviata da Riccardo Venturi - 12/1/2018 - 12:48




Lingua: Inglese

Translated by Sidney L.Sondergard and Madison U. Sowell
(Yale University Press, New Haven & London, 2002)
SONNET IN PRAISE OF THE ASS

Oh holy asininity, holy ignorance,
Holy foolishness, and pious devotion,
Which alone can make souls so good
That human genius and study cannot advance it;
One does not reach by wearisome vigilance
Of art (of whatever kind), or invention,
Nor by the contemplation of philosophers
To the heavens where you build your home.
What’s the point, oh curious ones, to study,
To wish to know what nature does,
If the stars are but earth, fire, and sea?
Holy asininity does not care for that,
But wants to remain, hands joined, and on bended knees,
Waiting for its reward from God.
Nothing lasts,
Except the fruit of eternal rest,
Which God grants after the funeral.

inviata da Riccardo Venturi - 12/1/2018 - 19:50




Lingua: Francese

Version française – ÉLOGE DE L’ÂNE – Marco Valdo M.I. – 2018
Chanson italienne – In lode de l’asino – Giordano Bruno – 1585
Sonnet introductif aux dialogues de della Cabala del Cavallo Pegaseo – Londra, 1585
Suivi dell’Asino Cillenico
[Fausse indication (d’éditeur) : Parigi, appresso Antonio Baio, 1585]
Musique et texte modernisé (sous le titre In lode all’asino)
Hautville, 2011
Album : Nomen Lumen

« Je repropose ci-après le célèbre sonnet que Giordano Bruno place en introduction aux dialogues contenus dans la Cabale du cheval Pégase. Un « éloge de l’ignorance », exprimé sous forme de poésie et avec une insurpassable ironie. Il ne suffit pas seulement de rappeler le bûcher du grand philosophe italien, sur le Campo dei Fiori le 17 février 1600, mais il témoigne combien est long et pénible le chemin vers la connaissance et la vérité, à laquelle comme disait le Nolano (alias Giordano Bruno, né à Nola), nous pouvons seulement « tendre à nous approcher ». Dogmatisme, scepticisme et vérités révélées sont en effet toujours en embuscade pour empêcher les êtres humains de sortir du sommeil par la raison. Aujourd’hui, comme alors, le pouvoir, partout où il se tient, élève le « drapeau de l’ânerie », en manipulant savamment l’information, en cachant ses desseins, en prêchant et en imposant son dogme, au seul but de se conserver lui-même. À l’ânerie imposée par les castes de tout genre, le citadin doit savoir opposer une ânerie « consciente », avec la reconnaissance socratique de sa propre ignorance, pour l’élimination de tout genre de préjugé et pour être un acteur de l’Histoire. »

Comme introduction brève mais complète au sonnet du Brûlé du Campo dei Fiori, qu’il écrivit et publia quinze ans avant le fatal 17 février de 1600, je ne pouvais que reproduire ce que dit Sergio Magaldi dans son Zibaldone (un zibaldone est un pêle-mêle, un foutoir, et dans ce cas, un carnet de notes, un cahier et en franglais : blog). Cependant. Deux ou trois autres choses doivent être dites. Dans un site historiquement « asinien » comme celui-ci, et peuplé d’ânes en personne (Lucien Lâne), avec de plus un parcours consacré aux « asini bello adversi » (ânes contre la guerre), j’étais sincèrement convaincu que le sonnet du Nolano fût déjà présent, et peut-être que Marco Valdo l’aurait cité plusieurs fois dans ses Dialogues Maïeutiques. Ensuite, je suis allé voir, et il n’y était pas. Pourrait-il manquer ici ? Jamais de la vie, pour le dire avec un brutal gallicisme. Le voici, et même avec sa musique moderne, récente, par un intéressant groupe d’origine de la Basilicate, les Hautville, qui l’ont harmonisé (en forme très belle, à mon avis) dans leur album du 2011 Nomen Lumen. Et ainsi, il entre dans le site la Sainte Asinité de Giordano Bruno, par la grand’porte. Moi, cependant, je continue à être fondamentalement perplexe sur les fréquentes et anciennes anthropomorphisations des animaux utilisées pour énoncer les vices, caractéristiques et vertus de cet autre animal appelé scientifiquement Homo sapiens. Il me plairait par exemple de savoir quand l’Âne, emblème historique de l’ignorance, a pris son semblable et l’a mis au bûcher sur une place romaine. Ignorance, dieux, bûchers et autres sont des affaires entièrement humaines. Pas celles des ânes.

Avec tout cela, le 17 février d’il y a 418 ans, s’est passé ce qui s’est passé ; ce sont de vieilles histoires, et je reste convaincu que, s’ils pouvaient encore le faire, ils le feraient tranquillement encore aujourd’hui nonobstant les papefrançois et tant d’autres. Curieusement, le 17 février est devenu, depuis l’autre année, la Journée Mondiale du Chat. Peut-être parce que le très savant Omo Sapienz, par ses superstitions et ses dieux, a détruit les chats par millions à certaines époques, favorisant ainsi des épidémies de peste diverses du fait que les très intelligents petits animaux appelés des rats n’avaient plus leurs régulateurs naturels. Dites-moi, dès lors, où se tient l’ignorance. [RV]


Dialogue maïeutique

Asinité triomphante


Aujourd’hui, Lucien l’âne mon ami, avec cet éloge de l’âne et l’interpellation de notre ami Ventu, on ne pourrait faire moins que de proposer un dialogue maïeutique. D’autres raisons s’y ajoutent évidemment : d’abord, car ce dialogue est une de nos habitudes, ce qui suffirait en soi ; mais, ce qui est plus circonstanciel, mais pas moins déterminant, c’est aussi le mode d’exposition qu’utilise Giordano Bruno dans cette Cabale de l’Asino… Excuse-moi, ma langue a fourché, je voulais de toute évidence dire cette Cabale del cavalo pegaseo, qui en français se dirait la Cabale du cheval Pégase. Enfin, comme tu le sais, Giordano Bruno était inscrit dans la constellation de mes préoccupations prochaines.
Cependant, avant d’aller plus avant, il me faut avouer que j’ignorais tout de cet Éloge de l’Âne, mais je me rattrape par cette version française que j’espère convenable et assez fidèle à l’esprit de Giordano Bruno, lequel doit flotter dans les airs les plus salubres de l’atmosphère et roder autour du monde tel un satellite pluricentenaire.

Ah, Marco Valdo M.I. mon ami, en matière de dialogue maïeutique et d’intérêt pour Giordano Bruno, tu ne dois pas être si timide, car je te rappelle que précédemment tu avais proposé ici même une version française de diverses chansons le célébrant. Je me souviens ainsi de Giordano de Franco Fosca – avec un dialogue maïeutique, de Giordano Bruno de Rocco Rosignoli – avec un dialogue maïeutique, de Giordano Bruno de Stefano Rosso – avec un dialogue maïeutique, de Giordano Bruno, du som vet vilket pris den kan få betala av de Jan Hammarlund… et bien sûr, il en reste encore à faire.

Je sais, je le sais, Lucien l’âne mon ami, « mais il y a tant de choses à faire avant de partir pour le firmament, il y a tant de jours et tant de nuits », disait presque la petite Émilie de Philippe Chatel.

Oh, dit Lucien l’âne, je connais bien cette histoire et il faudra sans doute que l’insère un jour ici. Le texte d’origine est cependant légèrement différent, mais sans doute, te connaissant, tu l’as volontairement un peu adapté. De fait, il est moins contemplatif et plus tourné vers l’acte. Tiens, je te chantonne le passage d’Émilie et le Grand Oiseau – n’était-ce pas Julien Clerc ? :

« Mais il y a tant de choses à voir avant
De partir pour le firmament,
Il y a tant de pages à tourner
Ta vie ne fait que commencer,
Il y a tant de choses à voir avant
De partir pour le firmament,
Il y a tant de jours et tant de nuits,
Tu es au début de ta vie. »


Mais finalement, revenons à ce sonnet de Bruno qui fait l’éloge de l’asinité, autrement dit d’une certaine bêtise sociétalement répandue. Au passage, on rappellera que Jean-Paul fit (en allemand) comme entrée dans sa vie littéraire et que Jacques Brel la chanta lui aussi, cette Bêtise qui devrait avoir sa place bien en vue ici, étant une des causes principales de la guerre et un de ses meilleurs fondements.

Tout cela est fort bien, dit Lucien l’âne, mais il nous faut reprendre notre tâche et tisser, tisser le linceul de ce vieux monde rongé par la bêtise, la cupidité, l’ignorance, la brutalité et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
ÉLOGE DE L’ÂNE

Ô sainte Ânerie, sainte Ignorance
Sainte Sottise et pieuse Dévotion,
Que peut faire l’âme de bon
Si talent et savoir humains ne lui sont d’aucune avance ;

N’y arrive pas la peineuse attention
Qu’elle soit, d’art ou d’invention,
Ou de pontifiante contemplation
Du ciel où tu situes ta maison.

Que vous vaut, curieux, l’étude
De ce que fait la nature,
Si de terre, feu et mer sont aussi les astres ?

La sainte Ânerie n’en a cure ;
Elle reste à genoux les mains jointes
Expectant de Dieu sa chance.

Nulle chose ne dure
Sauf l’éternel repos, la jouissance
Qu’après les obsèques, Dieu donne.

inviata da Marco Valdo M.I. - 16/1/2018 - 18:04


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org