Lingua   

Ὁ βράχος καὶ τὸ κύμα

Aristotelis Valaoritis / Αριστοτέλης Βαλαωρίτης




Ti può interessare anche...

La Guerre de Cent mille ans
(Marco Valdo M.I.)
Lo avrai camerata Kesselring
(Piero Calamandrei)


O vráhos kai to kyma
Στίχοι: Αριστοτέλης Βαλαωρίτης
Μουσική: Αμελοποίητα

Testo di Aristotélis Valaoritis
Musica degli Amelopìita

Il bianco e l'azzurro del mare che, nell'ultimo verso, alludono alla bandiera greca, qualificano come patriottica questa canzone che, secondo stixoi.info, il gruppo Amelopìita ha musicato: ma di questa musica non ho finora trovato traccia. Riguardo al testo, la musica è tutta un'altra. Fu scritto nel 1863, per essere poi pubblicato cinque anni dopo ed è, credo, rintracciabile in tutte le antologie dei liceali greci.
A prima vista, lo scoglio svuotato nel suo interno dal lavorio ostinato e paziente dell'onda biancazzurra sembra interpretabile come la Turcocrazia. Ma la data della scrittura - e anche il fatto che il poeta lasciava commenti alle sue opere per agevolarne la comprensione e la contestualizzazione - ci porta alla vigilia di due avvenimenti fausti della storia neogreca: la caduta, nella madrepatria, dell'invisa monarchia bavarese, già attaccata vent'anni prima da un movimento militare e popolare che la costrinse a concedere la Costituzione, e il ritorno (ritorno?) delle Sette Isole ioniche in seno a uno stato greco. Dagli inizi del XIII secolo le sette isole erano state veneziane, francesi, russe e infine britanniche, ma mai, neppure per un giorno, turche. Il poeta sembra dirci che, come già era accaduto nella rivolta del '21, il merito delle liberazioni non va solo alle gloriose vampate: va anche e soprattutto al lavoro incessante di chi non perde mai di vista l'obiettivo ed opera comunque, nelle condizioni che gli si offrono, per minare il sistema che opprime. Un lavoro che può durare generazioni, ma che incrina, consuma, svuota il sistema, finché un jour de gloire non arrivi e lo sprofondi nel gran mare della storia.
Nel testo, è chiaro che si parla di patria.
Ma la regola vale per tutte le oppressioni. Il lenzuolo del vecchio mondo, insomma, deve essere tessuto; e chi tesse lo fa con la perizia e la costanza necessarie.
Così parlerebbe anche Marco Valdo, n'est-ce pas? (gpt)
«Μέριασε βράχε νὰ διαβῶ!» τὸ κύμα ἀνδρειωμένο
λέγει στὴν πέτρα τοῦ γυαλοῦ θολό, μελανιασμένο.
Μέριασε, μὲς στὰ στήθη μου, ποὖσαν νεκρὰ καὶ κρύα,
μαῦρος βοριὰς ἐφώλιασε καὶ μαύρη τρικυμία.

Ἀφροὺς δὲν ἔχω γι᾿ ἅρματα, κούφια βοὴ γι᾿ ἀντάρα,
ἔχω ποτάμι αἵματα, μὲ θέριεψε ἡ κατάρα
τοῦ κόσμου, ποὺ βαρέθηκε, τοῦ κόσμου, πού ῾πε τώρα,
βράχε, θὰ πέσης, ἔφτασεν ἡ φοβερή σου ἡ ὥρα!

Ὅταν ἐρχόμουνα σιγά, δειλό, παραδαρμένο
καὶ σὄγλυφα καὶ σὄπλενα τὰ πόδια δουλωμένο,
περήφανα μ᾿ ἐκύτταζες καὶ φώναζες τοῦ κόσμου
νὰ δεῖ τὴν καταφρόνεση, ποὺ πάθαινε ὁ ἀφρός μου.

Κι ἀντὶς ἐγὼ κρυφὰ κρυφά, ἐκεῖ ποὺ σ᾿ ἐφιλοῦσα
μέρα καὶ νύχτα σ᾿ ἔσκαφτα, τὴ σάρκα σου ἐδαγκοῦσα
καὶ τὴν πληγὴ ποὺ σ᾿ ἄνοιγα, τὸ λάκκο πού ῾θε κάμω
μὲ φύκη τὸν ἐπλάκωνα, τὸν ἔκρυβα στὴν ἄμμο.

Σκύψε νὰ ἰδῆς τὴ ρίζα σου στῆς θάλασσας τὰ βύθη,
τὰ θέμελά σου τά ῾φαγα, σ᾿ ἔκαμα κουφολίθι.
Μέριασε, βράχε, νὰ διαβῶ! Τοῦ δούλου τὸ ποδάρι
θὰ σὲ πατήση στὸ λαιμό... Ἐξύπνησα λιοντάρι!»

Ὁ βράχος ἐκοιμότουνε. Στην καταχνιὰ κρυμμένος,
ἀναίσθητος σοῦ φαίνεται, νεκρός, σαβανωμένος.
Τοῦ φώτιζαν τὸ μέτωπο, σχισμένο ἀπὸ ρυτίδες,
τοῦ φεγγαριοῦ, ποὖταν χλωμό, μισόσβηστες ἀχτίδες.

Ὁλόγυρά του ὀνείρατα, κατάρες ἀνεμίζουν
καὶ στὸν ἀνεμοστρόβιλο φαντάσματα ἀρμενίζουν,
καθὼς ἀνεμοδέρνουνε καὶ φτεροθορυβοῦνε
τὴ δυσωδία τοῦ νεκροῦ τὰ ὄρνια ἂν μυριστοῦνε.

Τὸ μούγκρισμα τοῦ κύματος, τὴν ἄσπλαγχνη φοβέρα,
χίλιες φορὲς τὴν ἄκουσεν ὁ βράχος στὸν ἀθέρα
ν᾿ ἀντιβοᾶ τρομαχτικὰ χωρὶς κὰν νὰ ξυπνήσει,
καὶ σήμερα ἀνατρίχιασε, λὲς θὰ λιγοψυχήσει.

«Κῦμα, τὶ θέλεις ἀπὸ μὲ καὶ τὶ μὲ φοβερίζεις;
Ποιὸς εἶσαι σὺ κι ἐτόλμησες, ἀντὶ νὰ μὲ δροσίζεις,
ἀντὶ μὲ τὸ τραγούδι σου τὸν ὕπνο μου νὰ εὐφραίνεις,
καὶ μὲ τὰ κρύα σου νερὰ τὴ φτέρνα μου νὰ πλένεις,

ἐμπρός μου στέκεις φοβερό, μ᾿ ἀφροὺς στεφανωμένο;
Ὅποιος κι ἂν εἶσαι μάθε το, εὔκολα δὲν πεθαίνω!»
«Βράχε, μὲ λένε Ἐκδίκηση. Μ᾿ ἐπότισεν ὁ χρόνος
χολὴ καὶ καταφρόνεση. Μ᾿ ἀνάθρεψεν ὁ πόνος.

Ἤμουνα δάκρυ μιὰ φορὰ καὶ τώρα κοίταξέ με,
ἔγινα θάλασσα πλατιά, πέσε, προσκύνησέ με.
Ἐδῶ μέσα στὰ σπλάγχνα μου, βλέπεις, δὲν ἔχω φύκη,
σέρνω ἕνα σύγνεφο ψυχές, ἐρμιὰ καὶ καταδίκη,

ξύπνησε τώρα, σὲ ζητοῦν τοῦ ἄδη μου τ᾿ ἀχνάρια...
Μ᾿ ἔκαμες ξυλοκρέβατο... Μὲ φόρτωσες κουφάρια...
Σὲ ξένους μ᾿ ἔριξες γιαλούς... Τὸ ψυχομάχημά μου
τὸ περιγέλασαν πολλοὶ καὶ τὰ πατήματά μου

τὰ φαρμακέψανε κρυφὰ μὲ τὴν ἐλεημοσύνη.
Μέριασε βράχε, νὰ διαβῶ, ἐπέρασε ἡ γαλήνη,
καταποτήρας εἶμαι ἐγώ, ὁ ἄσπονδος ἐχθρός σου,
γίγαντας στέκω ἐμπρός σου!»

Ὁ βράχος ἐβουβάθηκε. Τὸ κῦμα στὴν ὁρμή του
ἐκαταπόντησε μεμιᾶς τὸ κούφιο τὸ κορμί του.
Χάνεται μὲς τὴν ἄβυσσο, τρίβεται, σβήεται, λιώνει
σὰ νἆταν ἀπὸ χιόνι.

Ἐπάνωθέ του ἐβόγγιζε γιὰ λίγο ἀγριεμένη
ἡ θάλασσα κι ἐκλείστηκε. Τώρα δὲν ἀπομένει
στὸν τόπο ποὖταν τὸ στοιχειό, κανεὶς παρὰ τὸ κῦμα,
ποὺ παίζει γαλανόλευκο ἐπάνω ἀπὸ τὸ μνῆμα.

inviata da Gian Piero Testa - 6/10/2012 - 13:58




Lingua: Italiano

Gian Piero Testa.
Gian Piero Testa.

Versione italiana di Gian Piero Testa
LO SCOGLIO E L'ONDA

«Fa' luogo, roccia, ch'io passi!» imbaldanzita
l'onda torbida e cupa dice allo scoglio sottocosta.
Fa' luogo, dentro il mio petto che fu già freddo e morto
nero vento e scura tempesta han fatto il nido.

Spume non ho per armi, né sordo suono di burrasca,
un fiume di sangue ho, mi fa furiosa il maledire
della gente ormai stanca, della gente che ha detto,
scoglio cadrai, è giunta la tua tremenda ora!

Quando lenta arrivavo, umile e mansueta
e ti lambivo e come schiava i piedi ti lavavo,
superba mi guardavi e chiamavi il mondo
a vedere il disprezzo che pativa la mia spuma.

Ed io invece furtiva, mentre ti baciavo,
giorno e notte scavavo, mordevo le tue carni
e la ferita che ti aprivo, il solco che ti facevo
lo celavo di alghe, di sabbia lo coprivo.

Chìnati e guarda la tua radice in fondo al mare:
le tue basi ho corroso, ti ho reso un sasso vuoto.
Fa' luogo, roccia, ch'io passi! Il piede dello schiavo
ti schiaccerà il collo...Son desta e pari ad un leone!»

Lo scoglio dormiva. Nascosto nelle brume,
impassibile appare, morto, avvolto in un sudario.
Gli manda luce in fronte, solcata dalle rughe,
il fievole raggiar di una esangue luna,

sogni svolazzano intorno e anatemi
e veleggiano spettri nel vortice del vento,
come battono l'aria gli uccelli in suono d'ali
quando fiutino d'un morto il lezzo ingrato.

Il muggito dell'onda, la minaccia cruda
in rimbombo tremendo mille volte lo scoglio
nell'aria udito aveva senza destarsi,
ma rabbrividì quel dì e parve venir meno.

«Che vuoi, onda, da me e a che queste minacce?
Chi sei tu che t'avventi su me e non pensi a ristorarmi,
a rallegrarmi il sonno di tue canzoni,
a lavarmi i calcagni con le tue fresche acque,

ma davanti mi stai tremenda, cinta di spume?
Chiunque tu sia sappilo, non son facile a perire!»
«Scoglio, il mio nome è Vendetta. Mi ha intrisa il tempo
di bile e di corruccio. Fui alunna del dolore.

Ero un rivo di pianto un tempo, ma vedimi ora,
un vasto mare ora io sono, prostérnati ai miei piedi.
Qui dentro le mie viscere, lo vedi, non ho alga,
traggo una nube d'anime derelitte e di condanna.

Svegliati adesso, ti vogliono le orme del mio Ade...
Di me facesti una bara... di salme mi riempisti...
A sponde ignote fui sospinta da te...La mia agonia
la derisero in molti ed alle mie venture

veleno da lor venne in finta compassione.
Fa' luogo, roccia, ch'io passi, è trascorsa la bonaccia,
sono un vortice io, indomabile nemico,
come un gigante mi ergo a te in faccia!»

Restò muto lo scoglio. Nella sua furia l'onda
d'un tratto avvolse il suo corpo vuoto.
Si perde nell'abisso, si sgretola, si cancella,
si scioglie come neve al sole.

Sopra di lui mugghiò ancora un po' infuriato
il mare e si richiuse. Adesso non rimane,
lì dove fu il fantasma, eccetto l'onda, nulla
e sulla tomba gioca l'onda bianca e azzurra.

inviata da Gian Piero Testa - 6/10/2012 - 14:04




Lingua: Francese

Version en langue française – LE ROCHER ET LA VAGUE – Marco Valdo M.I. – 2015
d'après la version italienne de Gian Piero Testa
d'une chanson grecque – Ὁ βράχος καὶ τὸ κύμα – Aristotelis Valaoritis / Αριστοτέλης Βαλαωρίτης – 1863

Meditation


Le blanc et le bleu de la mer qui, dans le dernier vers, font allusion au drapeau grec, qualifient comme patriotique cette chanson que, selon stixoi.info, le groupe Amelopìita a mise en musique : mais de cette musique, je n'ai pas jusqu'à présent trouvé trace. En ce qui concerne le texte, la musique est toute autre. Il fut écrit en 1863, pour être ensuite publié cinq ans après et est, je crois, dans toutes les anthologies des lycéens grecs.

À première vue, le rocher vidé dans son intérieur par l'activité obstinée et patiente de la vague blanc azur semble interprétable comme la Turcocratie. Mais la date de l'écriture – et même le fait que le poète laissait des commentaires à ses œuvres pour en faciliter la compréhension et les contextualisation - nous porte à la veille de deux événements heureux de l'histoire néogrecque : la chute, dans la mère patrie, de l'antipathique monarchie bavaroise, déjà attaquée vingt ans avant par un mouvement militaire et populaire qui la força à concéder la Constitution, et le retour (retour ?) des Sept Îles ioniennes au sein d'un État grec.

Des débuts du XIII siècle, les sept îles avaient été vénitiennes, françaises, russes et enfin britanniques, mais jamais, même pas pour un jour, turques. Le poète semble nous dire que, comme c'était arrivé dans la révolte de 1921, le mérite de leurs libérations ne va pas seulement aux glorieuses bouffées, il va même et surtout au travail incessant de celui qui ne perd jamais de vue l'objectif et agit de toute façon, dans les conditions qui s'offrent, pour miner le système qui opprime. Un travail qui peut durer des générations, mais qu'il fêle, consume, vide le système, jusqu'à ce que un jour de gloire arrive et le précipite dans la grande mer de l'histoire.

Dans le texte, il est clair qu'on parle de patrie.
Mais la règle vaut pour toutes les oppressions. Le linceul du vieux monde, en somme, doit être tissé ; et celui qui tisse, le fait avec l' habileté et la constance nécessaires.
Ainsi parlerait-il même Marco Valdo, n'est-ce pas ? (gpt)

Je n'imaginais pas quand j'avais mis de côté (en vue d'en faire une version en langue française) cette chanson grecque dans sa traduction italienne de Gian Piero Testa, je n'imaginais pas que je ne pourrais lui faire connaître ma version, ni même que ce qui était annoncé ici depuis longtemps, à savoir : « REGARDEZ CE QU'ILS FONT AUX GRECS, ILS VOUS LE FERONT DEMAIN » Vivre ... Zein.... allait prendre la tournure dérisoire que l'on sait. En clair, c'est toujours la même Guerre de Cent Mille Ans La Guerre de Cent mille ans qui se poursuit. Les riches (ici, certainement très internationaux) avec une constance effroyable agissent pour écraser toujours un peu plus les pauvres – de quelque nationalité ou lieu qu'ils soient (L'Afrique et l'Amérique latine en savent quelque chose...). On dira ici à la manière de Jean Meslier, que pour mettre fin à cette guerre ignoble, il faut (et il suffirait) de mettre fin à la richesse et aux riches.
Quant à ce qui se passe actuellement entre la Grèce et l'Europe berlinoise, fille du grand rêve d'Otto, on ne peut que regarder avec consternation cette pantalonnade. Les premiers à subir ce régime et ces façons de faire Birgit Treuhand, liquidator furent d’ailleurs les Allemands eux-mêmes, ceux qui étaient pauvres, évidemment . La Grèce et l'Europe valent mieux que ça, valent mieux que ces comptes de boutiquiers qu'infligent les comptables internationaux. La Grèce est malade, soit. Première règle, on ne tire pas sur une ambulance. Deuxième règle, on essaye de comprendre la maladie, d'en trouver l'origine et de voir que depuis des temps et des temps, chaque fois que la Grèce a voulu mettre la tête hors de l'eau, chaque fois qu'elle aurait pu, qu'elle a montré la volonté de vivre autrement, on l'a repoussée dans le chaos. La Grèce est très malade, certes ; l'Europe ne va pas mieux. On verra ce qu'il en sera demain… ou après-demain. Cela dit, la chanson dit tout autre chose, elle raconte le lent travail de la vague (grecque) qui finit – patience, patience – par submerger le rocher. C'est une chanson de résistance – Ora e sempre : Resistenza ! Lo avrai camerata Kesselring

Et puis, dit Lucien Lane, moi, dont tu connais les lointaines origines grecques, je ressens très mal ce qui se passe et je goûte particulièrement le côté oraculaire de cette chanson et cette fin :

« La mer et se referme. À présent, il ne reste,
Là où fut le fantôme, rien, excepté l'onde
Et sur la tombe, joue la vague blanche et bleue. »



D'autre part, je trouve paradoxal que ce soit à ceux qui essayent de sortir la Grèce du merdier (en clair, l'actuel gouvernement grec) où d'autres l'ont fourrée, de remettre le malade sur pied, que ce soit à ceux-là que l'on fait reproche de la maladie et qu'on réclame d'assumer les erreurs (appelons cela ainsi) des prédécesseurs. Un peu comme si on demandait à la victime de rembourser les sommes dérobées par les voleurs. On vit dans l'aberration la plus étonnante. On ne peut quand même pas asphyxier les gens et exiger en même temps d'eux qu'ils fassent un marathon. Je te rappelle que j'avais appris dans mes temps anciens que « Zeus rend fous ceux qu'il veut perdre »… Ceci s'adresse principalement aux zélateurs du rêve d'Otto (von Bismarck), eux qui par deux fois déjà, ont obstinément refusé de payer les factures de leurs débordements – chiffrés, je te le rappelle au cas où on ferait semblant de l'oublier, en milliards de monnaie et en millions de morts.
Quant à nous, tels d'humbles canuts, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde débile, gâteux, immonde et cacochyme.

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
LE ROCHER ET LA VAGUE

« Fais place, rocher, que je passe! », dit
Au rocher, sûre d'elle, la vague trouble et sombre.
Fais place, dans ma poitrine déjà froide et morte,
Vent noir et tempête sombre ont fait leur nid.

Je n'ai pour armes l'écume, ni le grondement sourd de la bourrasque,
J'ai un fleuve de sang, et me met en furie la calomnie.
Des gens maintenant fatigués, des gens qui ont dit,
Rocher tu tomberas, est arrivée ton heure terrifique !

Quand j'arrivais lente, humble et docile,
Je te léchais et je te lavais les pieds telle l'esclave,
Hautain, tu me regardais et tu appelais le monde
Pour voir le mépris dont pâtissait mon écume.

Et par contre en douce, moi qui t'embrassais,
Jour et nuit, je mordais tes chairs, je creusais
Et la blessure que je t'ouvrais, le sillon que je te faisais
Je le cachais d'algues, je le couvrais de sable.

Baisse-toi et sous la mer, regarde ta racine là au fond:
J'ai rongé ta base, j'ai fait de toi un caillou vide.
Fais place, rocher, que je passe ! Le pied de l'esclave
Écrasera ton cou… Je suis d'attaque et pareille au lion ! »

Le rocher dormait. Caché dans les brumes,
Il paraît impassible, mort, enveloppé dans un suaire.
Lui envoie une lumière au front, sillonné de rides,
Le faible rayon d'une lune exsangue,

Volettent alentour des rêves et des jurements
Et voguent des spectres dans le vent tourbillonnant,
Comme battent l'air les oiseaux à coups d'ailes
Quand ils sentent d'un mort la puanteur abominable.

Le mugissement de la vague, la menace crue
Ce grondement terrible mille fois le rocher
Dans l'air l'avait entendu sans s'éveiller,
Mais ce jour, il tremble et frissonne.

« Vague, que veux-tu de moi et pour qui sont ces menaces ?
Qui es-tu qui t'avances sur moi sans façons
Et ne penses pas à réjouir mon sommeil de tes chansons,
À me laver les talons de tes eaux fraîches,

Mais devant moi, ceinte d'écume, joue la terreur ?
Qui que tu sois, sache-le, je ne suis pas facile à tuer ! »
« Rocher, mon nom est Vengeance. Le temps m'a imprégnée
De bile et de colère. Je fus élève de la douleur.

J'étais un ruisseau de pleur un temps, mais maintenant, vois-moi ,
Je suis une vaste mer à présent, à mes pieds prosterne-toi.
Ici dans mes viscères, tu le vois, je n'ai pas d'algue cachée,
Je sauve un nuage d'âmes abandonnées et condamnées.

Réveille-toi maintenant, les âmes de mon Adès te veulent…
De moi tu fis un cercueil… de corps, tu m'as remplie…
À des rivages inconnus, je fus poussée par toi… Mon agonie
Beaucoup la moquèrent et à mes chances

Leur poison vint en feinte délicatesse.
Fais place, rocher, que je passe, le calme plat est fini.
Je suis tourbillon, indomptable ennemi,
Comme un géant, face à toi, je me dresse ! »

Le rocher reste muet. Dans sa fureur, la vague
D'un coup, enveloppe son corps vide.
Il se perd dans l'abîme, s'effrite, s'efface,
Fond, comme au soleil, la neige.

Au-dessus de lui mugit encore un peu furieuse
La mer et se referme. À présent, il ne reste,
Là où fut le fantôme, rien, excepté l'onde
Et sur la tombe, joue la vague blanche et bleue.

inviata da Marco Valdo M.I. - 2/7/2015 - 11:56


Pagina principale CCG

Segnalate eventuali errori nei testi o nei commenti a antiwarsongs@gmail.com




hosted by inventati.org